"Marchés, je vous ai compris"

Le cours de l'action Vivendi Universal a toujours été un sujet crucial de préoccupation pour son PDG. Mais sa chute considérable des derniers mois (-38,5% depuis le début de l'année, -52% en un an, sur la base de sa cotation au New York Stock Exchange) a fini par changer la nature des relations de "J2M" avec la communauté des investisseurs: il a longtemps cherché à lui imposer ses vues ; il s'applique désormais à dérouler avec enthousiasme un script qui aurait pu être écrit pour lui par un analyste new-yorkais.De ce point de vue, la lecture du communiqué annonçant hier le résultat du groupe pour le premier trimestre est remarquablement édifiante. Qu'y lit-on dès la première page? Les cinq principes de gestion qui guident désormais l'action du PDG de Vivendi Universal: pas de grosse acquisition; accent sur la réduction de la dette; accent sur la performance opérationnelle et la gestion des liquidités; accent sur les synergies de nature à générer une croissance du chiffre d'affaires; maîtrise des sources potentielles de cash flow négatif.Or, que reprochent analystes et investisseurs à Jean-Marie Messier depuis des mois? De ne pas être capable d'énoncer clairement sa stratégie; d'avoir un appétit boulimique d'acquisitions au risque de surendetter son groupe; de préférer faire des "deals" plutôt que s'assurer que ceux déjà faits tiennent leurs promesses; de ne pas avoir fait la preuve que le mariage d'une forte production de contenus avec une grande capacité de distribution est de nature à générer des synergies financièrement avantageuses; de n'avoir pas su empêcher le creusement des pertes à Canal Plus.Toute ressemblance entre la liste des priorités et la liste des reproches n'a, on l'aura compris, strictement rien de fortuit ou involontaire.Ce prisme est tout aussi utile pour comprendre l'éviction de Pierre Lescure, et la promotion de Philippe Germond et Agnès Touraine. Qui dirigeait la filiale aux plus mauvais résultats financiers de Vivendi Universal? Qui en génère les meilleurs résultats? Or, Jean-Marie Messier se retrouve aujourd'hui en situation de dire aux marchés : "j'ai viré le plus mauvais, promu les meilleurs". Vue de Wall Street, la logique est imparable, et appréciée. Il suffisait hier pour s'en convaincre d'écouter Barry Diller, futur patron du pôle audiovisuel américain de Vivendi Universal et véritable idole des marchés new-yorkais, commenter les changements à Canal Plus. "Il y a eu cette énorme tempête médiatique", admettait-il avant d'inviter aussitôt à s'en tenir aux faits: Jean-Marie Messier a "remplacé le management d'une entité opérationnelle dont les performances laissaient à désirer depuis des années." Point barre.Dans sa nouvelle incarnation, "Jean-Marie Messier moi-même Maître du Monde" pousse même l'humilité jusqu'à faire savoir par son entourage qu'il en a fini avec la "surmédiatisation". A n'en pas douter, c'est une mauvaise nouvelle pour Paris Match. Mais c'est aussi un changement certainement bienvenu pour ce grand investisseur institutionnel européen qui, aussitôt après avoir découvert dans le célèbre hebdomadaire les clichés du PDG de Vivendi Universal faisant du patin à glace à Central Park, sautait sur son téléphone pour intimer à l'un de ses gestionnaires de portefeuille : "Vendez!"La logique financière à ses limites toutefois. En renonçant pour le moment à se désengager de Vivendi Environnement, Jean-Marie Messier reporte une décision qui aurait été appréciée par la Bourse, mais était devenue politiquement impossible. Il faut y ajouter un constat. Alors que "J2M" fait tout pour plaire aux marchés, le titre Vivendi Universal clôturait de nouveau en baisse d'environ 3% hier au New York Stock Exchange. C'est le signe que les investisseurs ne sont pas prêts à se contenter de bonnes intentions, aussi proches de leurs préoccupations soient-elles. Ils demandent à voir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.