Quand la Nasa fait son shopping sur eBay

 |  | 502 mots
Lecture 2 min.
Un peu plus de 21 ans après sa mission inaugurale, le 12 avril 1981, la navette spatiale a toujours, si l'on ose dire, bon pied bon oeil. Elle en est à sa 111ème mission. Elle ne prendra pas sa retraite avant 2012. Et les ingénieurs de la Nasa se demandent sérieusement si elle ne pourrait pas jouer les prolongations jusqu'en 2020. Ce serait un succès et une longévité exceptionnels (même s'ils ne doivent pas faire oublier le tragique accident de Challenger, explosant 73 secondes après son décollage avec sept astronautes à bord, le 28 janvier 1986).Mais pour durer aussi longtemps, la Nasa va devoir être capable de maintenir sa flotte de quatre navettes en condition de vol. Et c'est là le problème. De nombreux composants utilisés pour faire fonctionner une machine conçue dans les années soixante-dix ne sont plus fabriqués depuis longtemps. Ils menacent de devenir introuvables.Heureusement, il y a Internet.Le plus simplement du monde, vient de révéler le New York Times, les ingénieurs de la Nasa ont donc décidé d'aller faire leurs emplettes sur eBay ou Yahoo!. Ils y ont trouvé du matériel médical périmé, mais inestimable : à l'intérieur s'y trouvait une version particulière du microprocesseur Intel 8086. Le fabricant de puces au Pentium en a naturellement cessé la production depuis des lustres, mais il joue toujours un rôle essentiel dans le contrôle des deux "boosters" qui propulsent la navette au décollage.Cette récolte inattendue a également produit de vieux circuits intégrés ou des lecteurs de disquettes de huit pouces. Tout ce matériel n'est pas nécessairement embarqué à bord de la navette, précise la Nasa, mais sert également à l'imposante logistique de soutien mise en place pour chaque mission. En outre, la navette a naturellement subi depuis son entrée en service des centaines de modifications et de mises à jour technologiques.Certains n'en voient pas moins dans cette politique d'approvisionnement pour le moins inhabituelle un "bricolage" qui montre que la Nasa n'est plus, loin s'en faut, le moteur de la technologie américaine qu'elle était dans les années soixante. Pour la petite histoire, on précise chez Intel que le microprocesseur 8086, lancé en 1978, comptait 29.000 transistors, alors qu'un Pentium 4 actuel en contient... 55 millions, chaque transistor étant naturellement incomparablement plus puissant qu'il y a vingt-quatre ans.D'autres en retiennent surtout que l'impact économique d'Internet est profond et durable, puisqu'il permet dans ce cas précis à une organisation complexe aux besoins très spécifiques de s'approvisionner plus vite et pour moins cher. "Les entreprises nous utilisent de plus en plus souvent," souligne un porte-parole d'eBay. "Et une bonne dizaine d'agences fédérales ou régionales ont recours à eBay pour vendre comme pour acheter."C'est le paradoxe de la "nouvelle économie" : au moment où les investisseurs du Nasdaq la boudent ostensiblement après l'avoir portée aux nues, elle entre enfin de plain pied dans la vie des entreprises et des administrations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :