Pluie de mauvaises nouvelles sur l'assurance

 |  | 441 mots
Lecture 2 min.
L'assurance déprime. Alors qu'un déluge de mauvaises nouvelles s'abat sur elles, les valeurs du secteur sont en chute libre en Bourse. L'indice DJ Stoxx des valeurs européennes de l'assurance cède en effet 5% en fin d'après-midi. Parmi les groupes emblématiques du secteur, le français Axa est l'un des plus touchés. Déjà en baisse de 7,45% jeudi, il plonge encore de 7,83% à 12,60 euros. Outre-Rhin, Allianz n'est pas en reste puisqu'il lâche 9,27% à 100,40 euros au même moment.Il faut dire que l'Allemand est l'un des responsable de la chute généralisée du secteur. Dans la matinée, il a en effet annoncé qu'il devait injecter 750 millions d'euros dans sa filiale américaine Fireman's Fund. Cet afflux de capitaux doit permettre de couvrir le risque amiante. Car une récente jurisprudence américaine oblige les assureurs à constituer de plus importantes réserves qu'auparavant. Cette nouvelle vient s'ajouter à une actualité déjà bien peu réconfortante. Jeudi, c'est notamment Generali qui a refroidi le secteur en annonçant une dégringolade de son bénéfice semestriel, passé de 724 à moins de 51 millions d'euros. Et ces résultats ont une nouvelle fois mis en évidence le principal problème que les assureurs doivent actuellement affronter: la chute des marchés. Les assureurs se voient en effet contraints de déprécier significativement la valeur de leurs actifs financiers. Ce qui a plusieurs conséquences. D'une part leurs résultats fondent. Par ailleurs, ils se trouvent obligés d'augmenter leurs réserves pour maintenir leurs ratios de gestions aux niveaux indiqués.Dès lors, la solution qui se dessine est celle de l'augmentation de capital. "Les augmentations de capital sont nécessaires", explique un analyste cité par Reuters. Or, le spectre d'un élargissement du capital n'a jamais une influence bénéfique sur une action. D'abord parce qu'une telle opération est dilutive. Ensuite parce que les investisseurs sont tentés de vendre des titres en vue d'un positionnement sur les nouvelles actions émises.Legal &General a récemment annoncé une telle augmentation de capital. Et, jeudi, le limogeage du patron de Royal & Sun Alliance a été vu comme le signe avant-coureur d'un prochain appel au marché. Ce vendredi, un vendeur cité par l'AFP indique que c'est Axa qui monopolise l'attention. "Il y a à nouveau des rumeurs d'augmentation de capital sur Axa", lance-t-il. Bref, entre mauvaises nouvelles, chute des marchés et rumeurs, le secteur ne semble pas encore tiré d'affaires. "On en a pour six mois, peut-être plus, de mauvaises nouvelles sur le secteur", résume Driss Lamrani, chez Crédit Lyonnais Securities.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :