STMicroelectronics prudemment optimiste pour 2003

 |  | 420 mots
Lecture 2 min.
Le premier fabricant de semi-conducteur européen, STMicroelectronics, a redressé la barre fin 2002 en dépassant les chiffres prévus par les analystes. Si l'année écoulée n'a pas été celle de la reprise, elle a au moins été placée sous le signe de la stabilisation après deux années de contraction du secteur. Sur la période octobre-décembre 2002, le groupe franco-italien a profité, à l'instar d'Intel, d'AMD ou d'Infineon, d'une conjoncture plus favorable dans l'informatique et dans l'électronique. STMicroelectronics a réalisé un bénéfice net de 160,6 millions de dollars (18 cents par action), contre à peine 5 millions de dollars un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a progressé de 23,4% à 1,79 milliard de dollars. Des performances supérieures au consensus de First Call qui attendait un revenu moyen de 1,72 milliard de dollars tandis que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient un bénéfice de 17 cents.Sur l'ensemble de l'exercice, le chiffre d'affaires est resté stable à 6,31 milliards de dollars tandis que le bénéfice atteint 429,4 millions de dollars, soit une hausse de 67% sur un an. STMicro est en revanche passé au quatrième rang mondial en termes de ventes, derrière Intel, Samsung et Texas Instruments, perdant une place par rapport à l'année précédente. Toutefois, il a gagné des parts de marché sur ses segments de prédilection, dans les mémoires notamment.Pour l'exercice 2003, le groupe reste prudemment optimiste. Il anticipe, à l'instar d'Infineon, un premier semestre encore difficile. Sur la période janvier-mars, ses prévisions se situent désormais dans la fourchette basse des analystes. Il attend un chiffre d'affaires compris entre 1,62 et 1,68 milliard de dollars, qui reste quand même supérieur aux 1,36 milliard enregistrés l'an passé. "Sur l'ensemble de l'exercice, les perspectives sont quand même meilleures", a commenté le PDG du groupe Pasquale Pistorio. La marge brute devrait progresser sur l'ensemble de l'exercice, en passant de 36 à 37% au premier trimestre à 40% au quatrième trimestre 2003.Toutefois, l'industriel franco-italien est optimiste sur la tendance globale puisqu'il prévoit une croissance de 11% du marché des semi-conducteurs en 2003, après 1% seulement en 2002. La réduction graduelle des surcapacités et l'amélioration continuelle de la demande en produits nouveaux devraient "repositionner le marché sur le chemin de la croissance et préfigurer, selon nos hypothèses actuelles, une bonne année 2004", selon l'économiste en chef de STMicroelectronics.A Paris, le titre, après avoir gagné plus de 3%, termine la séance sur une légère progression de 0,96 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :