Ingenico se réorganise pour renouer avec la rentabilité

 |  | 306 mots
De l'aveu du groupe lui-même, les résultats du premier semestre d'Ingenico sont "décevants". Deux indicateurs permettent rapidement de s'en apercevoir. D'abord, le résultat d'exploitation est tombé de +15,6 à -10,8 millions d'euros, alors que "le marché ne s'attendait pas à un résultat opérationnel négatif", fait remarquer Aurel-Leven. Ensuite, le résultat net, à l'équilibre l'an passé, a plongé à -23,1 millions d'euros.Première raison à cette dégringolade: le chiffre d'affaires a perdu 27%, à 161,2 millions d'euros. Le groupe a rencontré des difficultés en Asie (à cause du SRAS), en Australie et en Europe continentale. Or, dans le même temps, la pression sur les prix lui a été défavorable et les dépenses de recherche et développement ont été maintenues "pour préserver l'avenir", comme l'explique Ingenico.Pourtant, le marché n'est pas déçu, loin de là. En fin de journée, l'action caracole même en tête du SRD, avec un gain de 9%, à 9,69 euros. C'est en fait la réactivité du groupe qui semble satisfaire le marché.Car, pour redresser la barre, Ingenico a annoncé la mise en place du programme Phoenix, axé sur "la croissance et la rentabilité". Pour l'heure, le groupe n'est pas entré dans les détails, notamment sur le coût et les économies attendues. "Les grandes décisions et les premiers effets seront véritablement annoncés en janvier", souligne-t-on chez Aurel-Leven. Mais, d'ores et déjà, Ingenico a fixé les grandes lignes d'orientation: la croissance du chiffre d'affaires, la réduction des coûts, les progrès humains (développement des compétences) et la diminution de la dette nette. Si avec ce programme le groupe voit à long terme, il n'en attend pas moins pour la fin de l'année "un retour à la croissance interne, à la profitabilité et à une nouvelle amélioration de l'endettement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :