Alstom chiffre à 5.000 le nombre de ses suppressions d'emplois en Europe

 |   |  257  mots
Le montant exact de la facture sociale est finalement connu chez Alstom. Pour la première fois depuis qu'il a engagé sa restructuration, le groupe français évalue le nombre des suppressions de postes en Europe qui seront induites par cette politique destinée à améliorer la santé financière de l'entreprise. Au total, il estime à 5.000 les emplois supprimés et se borne à indiquer que ces réductions d'effectifs affecteront les différentes branches du groupes (Power, Transport, Transmission & Distribution) et le siège social. Répondant à la tribune.fr, Gilles Tourvielle, porte-parole d'Alstom, souligne que la plupart des suppressions de postes ont déjà été officialisées, et que ce chiffre de 5.000 "n'est que la consolidation de tout ce qui a été annoncé" précédemment. Il précise néanmoins que pour la France, ce sont environ 1.900 emplois qui seront touchés. Seront notamment affectés les sites de Belfort, Vélizy, Grenoble et Courbevoie. Alstom, qui est confronté à une dette écrasante (près de 5 milliards d'euros), a engagé un vaste plan de restructuration ayant pour objectif de réduire de moitié son endettement d'ici à 2005. A la fin du mois d'avril, le groupe a vendu pour 1,1 milliard d'euros son activité turbines à l'allemand Siemens. Il devrait boucler prochainement la cession de branche Transmission & Distribution. Les acheteurs potentiels ont jusqu'à vendredi pour déposer une offre ferme. Mardi, le spécialiste du câble, le français Nexans, a confirmé étudier le dossier.Jeudi à mi-séance, le titre cède 1,79% à 3,29 euros à la Bourse de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :