Les marchés financiers redoutent un conflit plus long que prédit

 |  | 609 mots
Lecture 3 min.
Grande nervosité sur les marchés financiers. Le déclenchement de la guerre en Irak est loin d'avoir levé toutes les incertitudes. Les informations en provenance de la région ont provoqué pas mal d'à-coups. Ainsi, l'annonce de l'ouverture du ciel turc aux avions de l'US Air Force a permis temporairement aux indices de redresser la barre en milieu d'après-midi. Avant de décliner. Selon plusieurs sources, l'Irak aurait incendié trois ou quatre puits de pétrole à la frontière avec le Koweït, provoquant la remontée des cours de l'or noir. A Londres, le Brent flirte avec les 28 dollars le baril.Au final, le CAC 40 termine en baisse de 1,51 % à 2.794,83 points, dans un volume modéré de 2,5 milliards d'euros traités. A New York, le Dow Jones lâche 0,61 % et le Nasdaq 0,66 %. A Londres, le Footsie gagne 0,01 % et, à Francfort, le Dax perd 1,47%. Le dollar cède du terrain à 1,0614 pour un euro, contre 1,0560 à New York hier soir.Les investisseurs redoutent aussi que le conflit s'enlise. Le général Richard Myers, chef de l'état-major interarme américain, a indiqué cet après-midi que la guerre contre l'Irak "ne va pas être une tâche facile". Ce matin, le ministre britannique de la Défense, Geoff Hoon, a affirmé aux Communes que la guerre contre l'Irak pourrait ne pas s'achever "dans un court délai". Hier soir déjà, George W. Bush, le président américain, avait prévenu qu'une "campagne militaire sur le terrain difficile d'un pays aussi grand que la Californie pourrait être plus longue et difficile que certains le prédisent".Sur le plan économique, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé de 4.000 unités à 421.000 et l'indice des indicateurs avancés du Conference Board a diminué de 0,4 % en février par rapport à janvier, conformément aux attente. On attend encore à 18 heures l'indice d'activité de la Fed de Philadelphie.Le prolongement de la guerre pourrait peser sur les secteurs sensibles à la consommation. Ainsi, LVMH cède-t-il 3,65% à 40,70 euros, également affecté par l'avertissement sur résultats lancé par le suisse Richemont. Le numéro deux mondial du luxe a prévenu que son bénéfice d'exploitation devrait baisser de 40 % cette année. Pinault-Printemps-Redoute, qui détient 58% du capital de Gucci, recule de 2,20 % à 53,40 euros.Sur le SRD, le Club Méditerrannée chute de 8,75 % à 19,49 euros. Affectée par le déclenchement de la guerre, qui pourrait freiner l'activité du groupe de vacances, l'action pâtit également de la dégradation de la recommandation d'Exane, de surpondérer à sous-pondérer. Air France perd 1,39 % à 9,90 euros.Plus forte baisse du CAC 40, Axa perd 4,87 % à 11,72 euros tandis qu'AGF recule de 3,59 % à 26,05 euros. En plus de la baisse du marché, ce dernier est affecté par le projet d'augmentation de capital, de 3,5 à 4 milliards d'euros, annoncé par sa maison-mère Allianz. L'agence de notation Moody's a pour sa part annoncé qu'elle conservait une perspective stable pour le secteur de l'assurance vie en France.Vivendi Universal plie de 4,53 % à 13,70 euros. Barry Diller a démissionné hier de la présidence de Vivendi Universal Entertainment, la filiale américaine de divertissement du groupe de communication. Jean-René Fourtou, le PDG de VU, "assurera lui-même cette fonction", indique le groupe dans un communiqué.En revanche, Autoroutes du Sud de la France (ASF) progresse de 1,81 % à 23,11 euros. Le bénéfice net 2002 du concessionnaire autoroutier a augmenté de 21,6 % à 266 millions d'euros. Le groupe confirme ses prévisions à 2005.Enfin, Bic avance de 2,24 % à 29,70 euros. Le résultat net 2002 du fabricant de stylos et de briquets a gagné 7,7 % à 127 millions d'euros. Le bénéfice opérationnel recule en revanche de 1,7 % à 253 millions et le chiffre d'affaires se contracte de 2,7 % à 1,49 milliard d'euros.Olivier Pinaud Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :