Nouveau record pour l'euro, nouveau repli pour le CAC

 |  | 710 mots
Les marchés européens terminent la séance en baisse mais ils ont réduit leurs pertes en fin d'après-midi grâce au rebond des places américaines. A la clôture, le CAC 40 limite son recul à 0,64% à 3.434,91points, dans un volume d'affaires de 2,21 milliards d'euros échangés sur le SRD, dont 1,88 milliard sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie perd 0,17% à 4.359 points et à Francfort, le Dax recule de 0,92% à 3.806 points alors que le billet vert continuer de s'effondrer. Dans l'après-midi, l'euro a atteint le niveau de 1,2230 dollar et il s'échange encore à 1,2216 dollar. Le billet vert reste sous pression après des chiffres de l'emploi jugés décevants aux Etats-Unis, et à la veille de la réunion du conseil de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Si les économistes tablent sur un statu quo monétaire, les professionnels surveilleront le communiqué de la Fed, et notamment l'éventuelle référence au maintien des taux à un niveau bas pour une "période de temps considérable".Parmi les valeurs composants le CAC 40, seules sept d'entre elles terminent dans le vert. Michelin s'octroie 2,37% à 35,91 euros. Le titre est soutenu par le changement de recommandation de CAI Cheuvreux. De source de marché, on apprend que le courtier est repassé à l'achat sur la valeur (surperformance) avec un objectif de 41 euros, contre 36 euros précédemment. Danone monte sur la deuxième marche du podium avec un gain de 0,47% à 127,7 euros et Cap Gemini obtient la médaille de bronze avec une progression de 0,46% à 41,9 euros. D'après le Financial Times daté de samedi, les américains EDS et Accenture risquent de perdre un contrat évalué entre 4 et 5 milliards de livres (5,6-7,4 milliards d'euros) auprès de l'administration fiscale britannique. Cette dernière aurait recommandé que ce contrat soit attribué à Cap Gemini, associé au japonais Fujitsu.Peugeot progresse de son côté de 0,41% à 39,53 euros à la faveur d'un rattrapage, le titre affichant une hausse limitée à 1,7% depuis le début de l'année. Enfin, Accor s'adjuge 0,28% à 35,67 euros, Bouygues gagne symboliquement 0,04% à 26,68 euros et Lagardère grignote 0,02% à 46,07 euros.France Télécom termine en baisse de 0,09% à 21,31 euros. L'agence Moody's a mis sous surveillance, avec implication positive, les notes de l'opérateur historique et de sa filiale de téléphonie mobile Orange. Par ailleurs, les députés ont adopté, vendredi, en première lecture le projet de loi réformant le statut de France Télécom qui autorise l'Etat à éventuellement réduire sa participation sous le seuil de 50% du capital du groupe. Le Sénat examinera ce projet de loi le 16 décembre. Enfin, Francis Mer s'est déclaré favorable à un assouplissement du contrôle pesant sur les tarifs de l'opérateur, écrit Les Echos. Il a promis de soutenir un amendement dans ce sens en janvier.Les autres valeurs technologiques reculent dans le sillage du Nasdaq. Alcatel recule de 1,12% à 10,63 euros. L'agence Moody's a pourtant relevé de 'négative' à 'stable' la perspective de la dette du groupe, en raison notamment de la baisse des coûts et d'un retour à la rentabilité opérationnelle.STMicroelectronics abandonne 1,92% à 22,52 euros, dans le sillage du recul de 3,19% de l'indice des semi-conducteurs de Philadelphie (SOX). Les valeurs sensibles à l'évolution du dollar sont généralement en baisse. Thomson abandonne 1,8% à 17,48 euros, signant ainsi la plus forte baisse du CAC 40. EADS cède 2,19% à 18,80 euros, Sodexho 0,37% à 24,21 et Lafarge 1,41% à 66,25 euros. Le cimentier a d'ailleurs demandé son retrait de la cote de Londres, Francfort et Dusseldorf.Aventis lâche 0,64% à 48,43 euros. La réorganisation du groupe pharmaceutique qui devrait commencer l'an prochain pourrait se traduire par une réduction de moitié des usines dans le monde, et par une économie de 500 millions d'euros par an, écrit La Tribune. Carrefour plie de 1,17% à 43,04 euros après le décès accidentel de Paul-Louis Halley, le principal actionnaire du groupe de distribution, via son holding familial, avec 11,46% du capital.Enfin, Vivendi Universal perd 1,06% à 18,67 euros. Le tribunal de Commerce de Paris a reporté l'audition concernant les indemnités réclamées par l'ancien PDG du groupe, Jean-Marie Messier. Le tribunal déclare ne pas disposer d'assez d'informations pour se prononcer sur le dossier. Il a fixé au 26 janvier la date butoir pour l'envoi par VU de documents supplémentaires.Johan Deschamps Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :