Le CAC 40 parvient à préserver les gains de la veille

 |  | 602 mots
Lecture 3 min.
Le courant reste manifestement acheteur... Les prises de bénéfices de début de séance à Paris, puis à l'ouverture des marchés américains, ont vite été effacées. Le CAC 40, qui, une heure avant la clôture, perdait près de 1%, limite finalement son recul à 0,13% à 17h30, à 3.177,97 points.Au même moment, à New York, le Dow Jones est quasi stable, tandis que le Nasdaq parvient à progresser encore de 0,65%, après son envolée de plus de 3% de la veille. En l'absence de statistique outre-Atlantique et dans l'attente des tout premiers résultats trimestriels des entreprises américaines, les investisseurs ont décidé de rester investis, pour voir... Bon nombre d'entre eux espèrent que les commentaires qui seront faits par les grands noms, aux Etats-Unis, permettront de soutenir les espoirs de reprise économique.En attendant, en Europe, l'Office allemand du Travail a créé la surprise en annonçant une baisse de 0,1 point du taux de chômage à 10,6% en juin. En revanche, la production industrielle de mai a reculé de 0,7% en mai. Concernant la France, l'OCDE prévoit une croissance inférieure à 1% cette année et un déficit public supérieur à 3,5% du PIB. L'organisation estime cependant que la croissance devrait s'accélérer dans les prochains mois pour atteindre environ 2% l'an prochain. Sur les différentes places financières, le Dax cède un très symbolique 0,05%, le Footsie perd 0,03%. Sur le marché des changes, l'euro s'échange désormais sous la barre de 1,13 dollar, à 1,1280 très exactement.Du côté des valeurs, Pechiney a une nouvelle fois tenu le devant de la scène. L'action prend encore 3,83% à 43,61 euros, portée par l'OPA-OPE d'Alcan et par des anticipations de surenchère de la part d'un tiers, de la part de l'américain Alcoa, l'hypothèse Norsk Hydro n'étant pas pour autant abandonnée. On est désormais bien au-dessus des 41 euros par action offerts par Alcan. Le conseil d'administration du groupe français se réunit ce soir, mais aucun communiqué n'est prévu. Dans la foulée, d'autres dossiers de sociétés opéables ou de situations spéciales se rappellent au bon souvenir des investisseurs. Le Club Med s'envole de plus de 9% à 30,97 euros. Surtout, Faurecia gagne 13,3% à 65,90 euros.En revanche, L'Oréal corrige de 2,29% à 59,70 euros à deux jours de la publication de son chiffre d'affaires semestriel. Les analystes tablent sur un repli, en raison notamment d'un effet de change fortement négatif. Carrefour, qui va se livrer au même exercice, gagne 0,85% à 42,80 euros.Du côté des TMT, France Télécom cède 0,64% à 21,70 euros, par "solidarité" avec le décrochage de Deutsche Telekom. La banque KfW, qui détient 12% du capital de l'opérateur allemand, a annoncé le prochain lancement d'une émission d'obligations convertibles en actions Deutsche Telekom pour environ 4,5 milliards d'euros. Cap Gemini recule de 1,23% à 32,83 euros, Atos Origin, qui a signé un contrat de 100 millions de livres dans l'infogérance avec le britannique Brakes, abandonne 0,32% à 34,61 euros. En revanche, STMicroelectronics avance de 1,27% à 19,96 euros. Publicis cède 1,50% à 23,70 euros. L'agence de publicité a annoncé une émission d'Oceanes de 560 millions d'euros, portée dans l'après-midi à 616 millions. Une option de surallocation prévoit de porter éventuellement le montant à 672 millions d'euros.Les constructeurs automobiles subissent eux aussi des prises de bénéfices, alors que l'association allemande des industriels du secteur a annoncé une baisse de 5% des immatriculations en juin outre-Rhin. Peugeot perd 1,32% à 42,01 euros. Le groupe a annoncé une hausse de 1,9%, à 1,689 million d'unités, de ses ventes mondiales au premier semestre. Renault corrige de 2,47% à 48,64 euros.Enfin, GrandVision, qui doit publier son chiffre d'affaires semestriel ce soir, abandonne 1,73% à 17,58 euros.Denis Lantoine Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :