Accord officiel entre Lagardère et Wendel sur la vente d'Editis

Comme l'annonçait La Tribune vendredi matin, Lagardère et Wendel Investissement, le groupe dirigé par Ernest-Antoine Seillère, sont parvenus à s'entendre sur la vente d'Editis. Dans un communiqué publié après la clôture, Lagardère a confirmé avoir conclu avec Wendel un "projet d'accord" prévoyant la vente de 60% d'Editis sur la base d'une valeur d'entreprise de 660 millions d'euros."L'opération envisagée avec Wendel Investissement répond aux différents critères que Lagardère s'est fixés en cohérence avec ceux établis par la Commission de Bruxelles: vente en bloc du périmètre cédé, moyennant un prix fondé sur une valeur d'entreprise de 660 millions d'euros, qui sera payé intégralement en numéraire au moment de la cession, rapidité de mise en oeuvre, solidité financière de l'acquéreur et vision industrielle à long terme", précise le communiqué de Lagardère.En négociations exclusives depuis le 19 mai dernier, Largardère et Wendel sont donc proches du but. "Ce projet d'accord, pour devenir définitif et être finalisé, devra être soumis auparavant à l'avis des comités d'entreprise concernés et avalisé par les autorités de concurrence compétentes", poursuit Lagardère.De son côté, Wendel va donc récupérer entre autres Bordas, Nathan, Le Robert, Robert Laffont, La Découverte et l'outil de distribution Interforum. Pourtant, à l'origine, Wendel ne faisait pas figure de favori face à d'autres candidats comme Média Participation, Eurazeo ou Paribas Affaires Industrielles. Mais il a notamment profité de la position de Bruxelles, qui en décembre dernier avait indiqué préférer la vente à un industriel, pour finalement convaincre Lagardère.Il faut dire que pour Lagardère l'affaire est doublement profitable. Il a d'abord obtenu un prix meilleur qu'espéré en début d'année. Et surtout, en vendant Editis à un novice de l'édition, il permet à sa filiale Hachette Livre - redevenue numéro un du secteur avec les 40% d'Editis -, de laisser très loin derrière elle le nouveau numéro deux du secteur. Hachette Livre réalise en effet un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros contre 560 millions pour le pôle Editis de Wendel.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.