Le ralentissement de l'économie britannique se confirme

 |   |  283  mots
Très souvent citée en exemple pour son dynamisme et pour sa capacité à abaisser dans de larges proportions le nombre de ses chômeurs, l'économie britannique est en phase de ralentissement.En témoigne la nouvelle révision à la baisse du PIB effectuée ce matin par l'Office national des statistiques (ONS). Finalement, le taux de croissance enregistré par le Royaume-Uni au premier trimestre s'élève à 0,4%, contre 0,5% annoncé initialement.Sur un an, le PIB a progressé de 2,1% en glissement annuel. L'estimation précédente faisait état d'une croissance annuelle de 2,7%. C'est la plus faible progression annuelle enregistrée par l'économie britannique depuis le quatrième trimestre 2002. En mai, l'ONS avait déjà révisé à la baisse ses estimations initiales de 0,6% sur le trimestre et de 2,8% en glissement annuel. "La révision des chiffres du PIB démontre que le ralentissement de la croissance depuis 2004 est plus marqué que ce que l'on pensait jusqu'ici", a déclaré à l'AFP Howard Archer, économiste en chef pour le Royaume-Uni au cabinet Global Insight. "Par conséquent, nous prévoyons que la croissance en 2005 sera juste au-dessus de 2%. Cette croissance plus faible devrait réduire les risques d'inflation, et permettre à la Banque d'Angleterre de commencer à baisser ses taux d'intérêt avant la fin de l'année", a-t-il ajouté. Par ailleurs, après avoir relevé ses estimations de la consommation des ménages, l'ONS a révisé à la hausse les taux de croissance de l'économie britannique pour les années 2002, 2003 et 2004. L'année dernière, le PIB a finalement progressé de 3,2%, contre 3,1% estimé précédemment. En 2002 et en 2003, celui-ci affiche des hausses respectives de 2% et 2,5%, contre 1,8% et 2,2% annoncés précédemment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :