Résultats records pour ING au troisième trimestre

 |   |  543  mots
ING tire profit de son modèle dual de bancassureur. Le groupe néerlandais a publié au troisième trimestre un bénéfice net record de 1,87 milliard d'euros, en hausse de 20,8%. Les activités bancaires progressent de 46% à 1,24 milliard d'euros pour le bénéfice avant impôts et représentent 52% de celui du groupe. L'autre moitié est générée par les activités d'assurance à hauteur de 1,1 milliard d'euros pour le bénéfice avant impôts. Parmi les activités bancaires, ING réussit encore à tirer des bénéfices importants en banque de détail. Le bancassureur enregistre une progression de 43,1% de son bénéfice net avant impôts dans cette activité, à 501 millions d'euros. Cette performance est due au bon redressement de l'activité en Pologne et à la croissance de l'épargne et des crédits immobiliers aux Pays-Bas. Cette progression est d'autant importante que le marché néerlandais de la banque de détail est très mature. En effet, les trois premières banques bataves ING, ABN Amro et Rabobank détiennent 80% du marché. Malgré cela, ING réussit à tirer encore des profits importants sur son marché domestique et ce alors qu'il vient d'annoncer la suppression et la délocalisation de 2.700 emplois au Benelux (voir ci-contre) Dans les autres activités bancaires, ING réalise un bénéfice avant impôts de 568 millions d'euros (+20,6%) dans la banque dédiées aux grands comptes d'entreprises (banque de gros). "Ces résultats sont notamment dus à la nouvelle baisse du coût du risque et même à des reprises sur provisions", explique Clotilde Basselier, analyste chez Ixis Securities. Enfin, l'autre grande activité bancaire est celle d'ING Direct. L'épargne en ligne reste un moteur important puisqu'elle génère 179 millions d'euros de bénéfice avant impôts (+57%). "ING a ajusté ses taux d'intérêts à la baisse et a par conséquent augmenté sa marge d'intérêt", souligne l'analyste d'Ixis.Mais si les activités bancaires progressent, la branche assurances réalise également des performances importantes. Le bénéfice avant impôts recule de 3,3% à 1,1 milliard d'euros. Mais si l'on exclut le résultat exceptionnel de 300 millions d'euros enregistré au troisième trimestre en 2004, le résultat progresse alors de 31%. Ce résultat exceptionnel était dû à une plus-value de cession d'actions de portefeuille.En tous les cas, au niveau opérationnel, toutes les zones géographiques progressent pour la branche assurances. "Les activités américaines et des marchés émergents comme l'Europe de l'Est et l'Asie profitent au groupe", ajoute Clotilde Basselier. En effet, les activités américaines enregistrent un bénéfice avant impôts de 569 millions d'euros, en hausse de 44,1%. Celles en Europe et en Asie progressent de 17% à 465 millions d'euros et 114 millions d'euros respectivement. Par ailleurs, notons que le groupe ING indique que les nouvelles normes comptables IFRS ont accru le bénéfice de 242 millions d'euros. L'impact des normes IAS 32 et 39 et IFRS 4 sur les produits financiers n'a pas été pris en compte. Enfin, "une reprise de provision fiscale de 170 millions d'euros" a également contribué au résultat, selon l'analyste d'Ixis Securities.A la Bourse d'Amsterdam, les investisseurs saluent ces performances puisque le titre ING a clôturé en hausse de 3,29% à 26,04 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :