Merck sauve les meubles au troisième trimestre

 |  | 281 mots
Merck tente d'oublier la mésaventure Vioxx. Le groupe pharmaceutique américain, en prise avec un énorme scandale concernant son antidouleur, est accusé d'avoir causé la mort de patients et essaye tant bien que mal de poursuivre sa route. Ainsi, au troisième trimestre 2005, le géant américain de la pharmacie a réussi à sauver les meubles, avec une hausse de 7 % de son bénéfice net à 1,4 milliard de dollars (1,16 milliard d'euros), contre 1,32 milliard de dollar un an plus tôt.Par action, le bénéfice net a atteint 65 cents, contre 60 cents l'année précédente. Cette progression du bénéfice redonne un peu de couleurs au groupe, qui avait subi au premier semestre une baisse de 38% de son bénéfice net.En termes de chiffre d'affaires, le groupe a réussi à contenir le manque à gagner lié à l'arrêt de la commercialisation de son antidouleur Vioxx. Les ventes consolidées du groupe ont ainsi baissé de 2%, à 5,4 milliards de dollars, alors que l'arrêt du Vioxx a pesé à hauteur de 3% sur le chiffre d'affaires.Le groupe, qui est encore dans l'incapacité de déterminer son exposition réelle au Vioxx (il fait l'objet de 6.400 poursuites aux Etats-Unis), se veut assez confiant pour l'exercice en cours. Il n'a d'ailleurs pas effectué de provision supplémentaire sur le trimestre à celle de 675 millions de dollars faite au trimestre précédent.Ainsi, Merck prévoit sur l'ensemble de l'année un bénéfice net par action compris entre 2,47 et 2,51 dollars, en excluant une charge de 0,29 dollar par action enregistrée sur le deuxième trimestre 2005.En Bourse, l'action progresse de plus de 1% en milieu de séance, à New York.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :