Cotisations, prestations sociales, tarifs : les nouveautés de janvier

 |   |  403  mots
Pas d'augmentation des prix significative à envisager pour ce début d'année 2007, mais une augmentation nette des cotisations d'assurance. Du côté des prestations sociales, la tendance est à l'incitation au travail et à l'épargne.

Les traditionnelles hausses des prix du mois de janvier resteront très marginales en 2007. L'électricité, le gaz, l'abonnement téléphonique France Télécom et les tarifs SNCF et RATP devraient rester identiques, souvent parce que ces entreprises ont déjà augmenté leurs prix dans le courant de l'année 2006.

En revanche, du côté des assurances, c'est la douche froide. Mis à part l'assurance auto, orientée à la baisse (de 0 à 9%) en raison de la diminution des accidents de la route, les tarifs vont progresser de 3 à 5% pour l'assurance habitation et jusqu'à 9% pour les complémentaires santé.

Autres progressions, dans le domaine de la santé, le forfait journalier hospitalier passe de 15 à 16 euros, à la charge du patient ou de sa mutuelle et les tarifs des 1.250 cliniques privées, baissés de 3,1% par le gouvernement en septembre pour trois mois, retrouvent leur niveau initial. Le plafond de la sécurité sociale, qui sert de référence au calcul de certaines cotisations comme l'assurance vieillesse et les régimes complémentaires de retraites, passera à 2.682 euros par mois, soit une augmentation de 3,6% par rapport à 2006.

L'allocation aux adultes handicapés (AAH) est elle aussi augmentée de 1,8% à 621,27 euros. Même hausse pour le revenu minimum d'insertion (RMI) qui atteint 440,46 euros net par mois pour une personne seule, 661,29 euros pour un couple ou une personne seule avec un enfant et 793,55 euros par mois pour un couple avec un enfant.

Pour inciter les salariés à poursuivre leur activité au delà de l'âge de la retraite, la surcote des pensions de retraite est modifiée. Jusqu'à présent, elle était de 3% de majoration de pension par année de travail cotisée, à partir du 1er janvier, elle sera de 3% pour la première année supplémentaire travaillée, 4% pour les années suivantes et 5% pour les années travaillées après 65 ans.

Le plafond de dépôt du Codevi, passe de 4.600 euros à 6.000 euros afin de financer des prêts à taux réduits destinés à la rénovation énergétique des logements. L'aide personnalisée au logement (APL) est augmentée, elle, de 2,8%.

Du côté des impôts, la refonte du barème entre en vigueur avec une diminution du nombre de tranche d'imposition qui passent de 6 à 4, la mise en place du bouclier fiscal, qui plafonne à 60% des revenus d'un contribuable le montant total de ses impôts directs et une réduction du taux marginal maximal à 40%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :