Un an après son arrivée au pouvoir, Merkel veut poursuivre sa politique des "petits pas"

La chancelière allemande tire un bilan positif de son action au pouvoir, entamée il y a tout juste un an. Elle résume sa méthode et son objectif avec le slogan : "oser plus de liberté".

3 mn

La chancelière allemande Angela Merkel a tiré ce mercredi un bilan positif de la première année au pouvoir de sa grande coalition. "La croissance cette année nous donne la confiance pour poursuivre sur le chemin tracé", a-t-elle déclaré en conclusion de son intervention devant le Bundestag (chambre basse du parlement ) lors du débat général sur le budget 2007, en voie d'adoption définitive cette semaine. Après des années de stagnation, le pays a retrouvé le chemin de la croissance. Il s'agit de rendre celle-ci pérenne, ce qui va demander "encore beaucoup, beaucoup de travail", a-t-elle insisté.

Fêtant en toute modestie son arrivée au pouvoir il y a tout juste un an, le 22 novembre 2005, à la tête d'une coalition chrétienne/sociale-démocrate (CDU-CSU/SPD), Merkel a défendu ses réformes d'austérité visant à remettre en ordre les finances publiques de l'Allemagne. "La sincérité doit être la marque de fabrique ce gouvernement", a-t-elle souligné.

Son équipe ne peut que se féliciter du fort rebond de la conjoncture, lequel a induit un net recul du chômage et une réduction plus rapide que prévue des déficits publics. "C'est un grand succès", a affirmé la Chancelière, mais la coalition ne se satisfait pas de cette victoire d'étape. "Nous voulons atteindre notre objectif d'un budget équilibré", a-t-elle indiqué, tandis que mardi, le ministre des finances Peer Steinbrück avait soigneusement évité de faire un tel pronostic.

Côté emploi, la réduction de 470.000 chômeurs en une année est encourageante, mais la récente faillite annoncée de la filiale allemande du fabricant Taïwanais de téléphones mobiles BenQ, ancienne propriété de Siemens, montre que la menace de délocalisations ou de pertes d'emplois sur le sol allemand demeure. Les entreprises doivent être persuadées qu'il est possible de multiplier les créations d'emploi en Allemagne, a assuré la chancelière.

Pour cela, elle a répété le leitmotiv de sa politique qui est d' "oser plus de liberté", en poursuivant le travail des réformes inscrites dans le "contrat de gouvernement" signé il y a un an. Elle a toutefois omis de donner dans le même temps des gages au patronat, qui réclame sans cesse une plus grande flexibilité sur le marché du travail, en réformant notamment le droit du licenciement. Ce sujet est tabou aux yeux du partenaire de gauche et des syndicats.

Plutôt que de promettre le "grand saut" en terme de réformes devant révolutionner le pays, Merkel entend poursuivre l'an prochain sa politique des "petits pas". Etant effectués par dizaines, ils font avancer le pays dans la bonne direction, a-t-elle souligné. La grande coalition est critiquée pour la faiblesse des réformes adoptées à ce jour, étant le fruit de compromis laborieux entre partis alliés par les circonstances politiques.

La dirigeante a toutefois défendu la réforme très critiquée de l'assurance santé, un projet selon elle "fait pour les assurés" et non les intérêts économiques gravitant dans le système, sous l'oeil approbateur de la ministre de la santé social-démocrate (SPD) Ulla Schmidt .

Quant aux mauvais sondages d'opinion, la dirigeante allemande y a répondu dans une interview donnée au quotidien populaire Bild : "Quand les gens verront que leurs efforts auront des effets positifs sur la croissance, l'emploi et la lutte contre l'endettement public, alors les sondages reviendront à la normale". La "plus puissante dirigeante au monde" selon la presse anglo-saxonne, qui s'apprête à présider l'Union Européenne et le G8 à compter de janvier, sait par ailleurs rester simple au quotidien. Elle confie au Bild qu'elle continue comme avant sa prise de fonction de préparer le petit-déjeuner pris avec son mari.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.