Danone pourrait se séparer de son partenaire indien Britannia

 |   |  310  mots
La famille indienne Wadia, propriétaire d'une co-entreprise avec Danone, a annoncé ce matin qu'elle avait bloqué un nouvel investissement du groupe agroalimentaire français en Inde, arguant d'une rupture de contrat. Certains observateurs estime que Danone pourrait soit se retirer de la co-entreprise, soit racheter la part de la famille Wadia, estimée à un peu plus de 150 millions d'euros afin de s'en assurer l'entier contrôle

La famille indienne Wadia, propriétaire d'une co-entreprise avec Danone, a annoncé ce matin qu'elle avait bloqué un nouvel investissement du groupe agroalimentaire français en Inde, arguant d'une rupture de contrat. Danone envisageait d'acquérir une part minoritaire, valorisée à plus de trente millions de dollars (22,6 millions d'euros) selon des médias, dans la société indienne de biotechnologie Avestha Gengraine Technologies.

La famille Wadia, qui possède des actifs dans l'immobilier, les textiles et le transport aérien, avait saisi la Haute Cour de Bombay, accusant Danone de ne pas avoir respecté la clause de non-concurrence incluse dans le contrat de la co-enterprise. La Cour a suspendu la transaction entre Danone et Avesthagen.

Danone et les Wadia détiennent à parité Associated Biscuits International Holding, qui contrôle Britannia Industries, le premier fabricant de biscuits d'Inde. "Conformément aux termes de notre accord, tout investissement que souhaite faire Danone en Inde doit passer par notre coentreprise", a déclaré à l'agence Reuters la porte-parole de la famille Wadia. "Nous souhaitons protéger nos intérets dans cette co-entreprise."

Avesthagen, qui compte parmi ses actionnaires Tata Group, s'est refusé à tout commentaire. Intérrogé Danone ne s'est pas exprimé sur la question.

Dans son édition de vendredi, l'Economic Times rapporte que Danone pourrait soit se retirer de la co-entreprise, soit racheter la part de la famille Wadia, estimée à entre neuf et dix milliards de roupies (151 et 168 millions d'euros) afin de s'en assurer l'entier contrôle. La porte-parole des Wadia a toutefois nié que les deux partenaires aient entrepris des négociations afin de mettre un terme à leur collaboration, et a répété l'engagement des Wadia dans cette coentreprise.

Franck Riboud, président de Danone, avait déclaré en octobre être intéressé par l'Inde, et avait annoncé que le groupe allait y "faire des opérations" dans les mois à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :