L'innovation trop orientée vers le court terme en Europe

Une étude publiée mardi montre que les 2/3 des projets d'innovation des entreprises européennes sont sur du court terme. Trop peu sont consacrés au lancement de nouveaux produits et services.

4 mn

Plus des deux tiers des entreprises françaises, britanniques et allemandes placent l'innovation dans leurs trois premières priorités, et près de la moitié la placent en première position. C'est ce que révèle une étude européenne menée par Celerant , cabinet spécialisé en stratégie d'entreprise. Les secteurs d'activités qui consacrent le plus d'investissements R&D (recherche et développement) et qui sont les plus matures dans la gestion de l'Innovation sont l'automobile, les sciences de la vie et la pharmacie, et la High Tech.

Les entreprises européennes interrogées consacrent en moyenne 4,8% de leur chiffre d'affaires en R&D. Mais les 2/3 des projets R&D sont sur du court terme. Seulement 1/3 de l'investissement en recherche et développement est consacré au lancement de nouveaux produits et services. "Cette faible proportion met en question l'avenir et la différenciation future des entreprises vis-à-vis de concurrents asiatiques aux prix agressifs (à fonctions équivalentes)" notent les auteurs de l'étude.

La plupart des 60 entreprises qui ont répondu à cette étude (échantillon 300) affirment ne pas rencontrer d'obstacles majeurs dans la mise en oeuvre de l'innovation. Mais si les directeurs opérationnels se disent globalement satisfaits du retour sur investissement de leurs projets R&D, la perception est différente au sein du Top management. Ces derniers sont en général moyennement contents des résultats obtenus par rapport aux engagements financiers effectués. Les 3 pays interrogés sortent 2 fois moins de brevets que les Américains et se font rattraper par les nouveaux géants économiques (Chine, Inde, Russie, Brésil ...)

Pour le cabinet en stratégie, "augmenter les budgets R&D n'est pas forcément la solution miracle. Une des priorités des entreprises européennes serait plutôt de "tourner toute l'organisation de l'entreprise vers l'innovation", en modifiant au quotidien et de manière pérenne les comportements de chacun.

Maximiser la performance des organisations en matière d'innovation est au coeur des préoccupations des dirigeants, qui sont souvent moyennement satisfaits des résultats obtenus par rapport aux engagements financiers effectués. Celerant a souhaité comprendre comment les directions opérationnelles perçoivent et jugent les projets d'innovation afin de dégager les facteurs qui permettent une gestion efficace et rentable d'un projet d'innovation et quels en sont les obstacles. Travaillant avec les principaux secteurs clés de l'Industrie depuis près de 20 ans, Celerant a cherché à distinguer les tendances par secteur au niveau européen.

Cette étude a été réalisée auprès d'un échantillon de 300 entreprises européennes. Les 3 pays retenus, Allemagne, Angleterre et France, représentent 21% des investissements R&D dans le monde et 75% des champions européens de l'innovation. Ce panel pèse 525 milliards € de chiffre d'affaires et 25 milliards de budget R&D. Les personnes interrogées sont pour 42% des directeurs R&D et 58% des directeurs Marketing et Vente. Tous les secteurs industriels sont représentés, notamment le High Tech, l'Automobile et les Sciences de la Vie / Pharma qui concentrent les ? des investissements mondiaux.


Méthodologie
Au travers de questions ouvertes, couplées avec des données chiffrées, Celerant a noté le degré de satisfaction des responsables opérationnels. Les questions portent sur 3 grands domaines : l'orientation Marché, la Performance et l'Efficacité des projets R&D. Les principaux enseignements tirés de cette étude sont les suivants :
- Les secteurs qui consacrent le plus d'investissement R&D et qui sont les plus matures dans la gestion de l'Innovation sont l'Automobile, la Pharma et le High Tech. A l'inverse, le secteur manufacturing accuse un retard par rapport aux autres secteurs.
- Les entreprises européennes consacrent en moyenne 4,8% de leur chiffre d'affaires en R&D ; ce qui correspond à la moyenne mondiale.
- Les responsables opérationnels se disent globalement satisfaits du retour sur investissement de leurs projets R&D ... perception qui est à rapprocher de la préoccupation générale des dirigeants.
- L'analyse du contenu du portefeuille projets montre, tous secteurs confondus, un déséquilibre dangereux en faveur de projets à court terme (moins de 2 ans). Cela traduirait un manque de vision stratégique à long terme.
- Seul 1/3 des investissements R&D est consacré au lancement de nouveaux produits et de services. Cette faible proportion met en question l'avenir et la différenciation future des entreprises européennes vis-à-vis de concurrents asiatiques aux prix agressifs (à fonctions équivalentes).
- Pour les Opérationnels, les trois axes d'amélioration de la mise en oeuvre de l'Innovation dans l'entreprise sont : la stimulation d'idées, la reconnaissance et les indicateurs de performance.
- Stimulation d'idées : structurer le passage de l'idée à la commercialisation
- Reconnaissance : récompenser les initiatives et encourager les carrières professionnelles
- Performance : "on ne peut contrôler que ce qui se mesure"
- D'après les responsables opérationnels interrogés, il n'y aurait pas de problèmes majeurs en matière d'innovation. Et pourtant ... Les dirigeants que l'on rencontre nous disent vouloir améliorer le retour sur investissement de leurs projets R&D. De plus, les 3 pays interrogés délivrent 2 fois moins de brevets que les Américains et se font rattraper par les nouveaux géants économiques que sont en autre la Chine, l'Inde, la Russie et le Brésil.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.