La Bourse suisse refuserait toute offre de Deutsche Börse

 |   |  384  mots
Le président de la Bourse suisse déclare que le SWX n'a pas l'intention de s'allier avec une autre place financière "dans un avenir prévisible"

Isolée depuis qu'elle a renoncé à acquérir Euronext, Deutsche Börse n'a visiblement même plus besoin de formaliser ses offres pour essuyer des refus. Peter Gomez, le président de la Bourse suisse, a déclaré qu'il rejetterait toute offre de la Bourse allemande. "Si Deutsche Börse nous approchait avec une proposition de fusion, la réponse serait clairement 'non' ", a dit Gomez à l'occasion d'un dîner à Zurich hier. "SWX n'a pas l'intention de s'allier avec une autre Bourse dans un avenir prévisible", a-t-il précisé.

A l'heure de la consolidation des Places financières - les actionnaires d'Euronext seront notamment appelés à voter sur la fusion avec le Nyse le 19 décembre prochain -, SWX veut donc continuer à faire cavalier seul. SWX avait déjà rejeté une offre de Deutsche Börse en 2004, mais la nomination du suisse Reto Francioni, le prédécesseur de Peter Gomez, à la tête de la Bourse allemande en novembre avait relancé les spéculations autour d'une fusion entre les deux places financières.

Récemment, Zurich et Francfort avaient franchi une nouvelle étape dans leur coopération en annonçant la naissance d'Alex, une filiale commune entièrement dédiée aux produits structurés. Les partenariats conclus jusqu'ici se sont révélés plutôt fructueux. Les deux groupes gèrent en effet de concert Eurex, qui était la première plate-forme d'échanges de contrats à terme jusqu'à la fusion entre le CME et le CBOT. Et ils coopèrent au travers de Stoxx pour la fourniture d'indices.

À compter du 1er janvier 2007, Alex exploitera une Bourse en Allemagne et une autre en Suisse, chacune étant soumise à la réglementation nationale. À moyen terme, les transactions devraient être réalisées via une plate-forme technologique commune. Dans leur communiqué commun, la SWX et Deutsche Börse précisent aussi que "la nouvelle Bourse européenne de produits structurés prévoit de mettre en place, dans un futur proche, des structures de règlement rendant possibles les transactions transfrontalières à des tarifs nationaux".

Au cours des trois prochains mois, la Bourse suisse prévoit d'ouvrir des discussions avec les principaux acteurs du marché sur la meilleure stratégie pour promouvoir la Suisse en tant que centre financier, a également signalé Peter Gomez.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :