Les industriels français affichent un solide optimisme

 |   |  400  mots
La bonne orientation de la conjoncture internationale continue de sourire à l'industrie française. L'indice du moral des industriels mesuré par l'Insee s'est inscrit à 109 points en juillet contre 107 le mois précédent, restant bien au-dessus de sa moyenne de long terme.

Attendu inchangé par les économistes, l'indicateur du moral des industriels français s'est redressé en juillet dans un contexte jugé "assez porteur", l'indicateur s'établissant à 109 points contre 107 en juin. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) avait fait état de deux mois de recul consécutifs en mai et en juin. Dominique barbet, chez BNP Paribas, estime que l'indicateur ne devrait pas connaître la même correction qu'en Allemagne et en Belgique, où le moral des industriels avait atteint des pics bien plus importants qu'en France.

"Visiblement, les industriels français (du secteur des biens d'équipement en particulier) bénéficient de la consolidation de l'activité économique dans la zone euro, et en particulier en Allemagne et en Italie", indique Nicolas Bouzou, chez Xerfi. Ainsi, le jugement des industriels français sur les carnets de commandes étrangers est au plus haut depuis novembre 2000.

La conjoncture industrielle "reste bien orientée", selon les chefs d'entreprises interrogés en juillet. L'indicateur synthétique du climat des affaires "se redresse, s'établissant sensiblement au-dessus de sa moyenne de long terme", selon le communiqué de l'Insee. Les entrepreneurs ont constaté que "le rythme de l'activité passée s'est globalement stabilisé dans l'industrie manufacturière. Les stocks de produits finis restent un peu inférieurs à la normale", selon l'Insee. Les carnets de commandes globaux demeurent bien garnis et la demande étrangère est jugée "plus dynamique".

"Cette livraison de chiffres corrobore l'idée selon laquelle la croissance de l'économie française dépasserait légèrement 2% en 2006. Un tel résultat demeure néanmoins très tributaire de la conjoncture mondiale", estime Nicolas Bouzou. Des prévisions qui confortent celles que Thierry Breton a réitérées ce matin (lire ci-dessous).


Thierry Breton annonce une baisse drastique du chômage
Laissant inchangée sa prévision de croissance de 2 à 2,5% pour 2006, Thierry Breton a annoncé ce matin des anticipations de recul du chômage pour le moins rassurantes. "Aujourd'hui on est à 9,1%, je pense que d'ici la fin de l'année évidemment on sera à moins de 9% et qu'on peut être d'ici un an entre 8,7% et 8,5%", a déclaré sur Europe 1 le ministre de l'Economie et des Finances. Des chiffres en ligne avec les prévisions de l'Insee, qui table pour sa part sur une croissance de 2% en 2006 et un taux de chômage de 9% à la fin de cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :