La Banque de France relève sa prévision de croissance du troisième trimestre à 0,5%

 |   |  247  mots
L'acquis de croissance à fin septembre serait de 2,2%, non loin de l'objectif du gouvernement proche de 2,5%. En revanche, l'indicateur du climat des affaires s'est replié à 102 en septembre contre 106 en juillet, notamment en raison des perspectives maussades du marché automobile.

La Banque de France, dans son enquête mensuelle de conjoncture, a revu à la hausse à 0,5% sa prévision de croissance pour le trimestre en cours, contre un chiffre de 0,4% initialement annoncé. A la fin du troisième trimestre, l'acquis de croissance, c'est-à-dire le taux de croissance assuré à la fin de l'année, même dans l'hypothèse d'une croissance nulle au dernier trimestre, serait de 2,2%, non loin de ce qu'espère le gouvernement, à savoir une croissance annuelle proche de 2,5%.

Publié ce matin également par l'institution, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie a en revanche reculé en septembre à 102, après 106 en juillet. L'indice 100 correspond à la moyenne de long terme. Selon les chefs d'entreprise interrogés, l'activité industrielle s'est accrue en septembre après le palier de juin et juillet.

"Le taux d'utilisation des capacités de production a légèrement progressé et s'établit au dessus de sa moyenne de longue période", indique la note de conjoncture. Le courant de commandes nouvelles a augmenté tant sur le marché intérieur qu'à l'étranger et les carnets de commandes restent jugés supérieurs à la normale.

Enfin, les perspectives d'activité pour les prochains mois dans l'industrie automobile sont orientées à la baisse. "Le tableau est à peu près le même que dans les autres pays de la zone euro, à savoir une perception positive de la situation actuelle et une détérioration des attentes dans les prochains mois", note Dominique Barbet, chez BNP Paribas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :