Pour les Français, la réforme de la santé n'a pas amélioré la qualité des soins

 |   |  341  mots
La réforme de l'assurance-maladie n'a pas eu d'effet sur la qualité des soins ou a entraîné leur dégradation pour près de huit Français sur dix, selon une enquête Teletech-Ipsos pour Le Quotidien du Médecin et Les Echos. Si 55% des personnes interrogées approuvent cette réforme, 55% ne croient pas qu'elle permettra de ramener durablement les comptes du régime à l'équilibre.

Les Français sont sceptiques sur l'efficacité de la réforme de l'assurance-maladie intervenue il y a deux ans. Selon une étude menée par Teletech-Ifop pour Les Echos et Le Quotidien du médecin, une petite majorité de Français (51%) approuvent plutôt ou tout à fait cette réforme. Les outils mis en place pour maîtriser les dépenses de soins font également l'objet d'un consensus, mais dans des proportions variables. Ainsi les Français, qui respectent à 81% le parcours de soins, sont très largement favorables au dossier médical (86%) et à la création d'une carte Vitale avec photo (74%). En revanche, ils sont moins nombreux (53%) à approuver le déremboursement de certains médicaments.

Favorables à la réforme et à ses outils, les Français ne sont pas optimistes quant à ses conséquences. Ainsi, moins de deux personnes interrogées sur dix pensent qu'elle a entraîné une amélioration de la qualité des soins. A l'inverse, près d'une moitié des Français (46%) estiment que la réforme de l'assurance maladie a été jusque-là sans effet sur la qualité des soins, et 33% pensent même que celle-ci s'est dégradée.

Les Français ne sont guère plus confiants dans la capacité de la réforme à restaurer l'équilibre du régime. Alors que 86% notent une augmentation des honoraires des médecins depuis deux ans, 55% ne pensent pas que la réforme permettra, à terme, "d'assurer durablement l'équilibre financier de l'assurance maladie", indique l'enquête.


Une majorité de médecins hostiles à la réforme
Selon une autre enquête, seuls 40% des médecins libéraux interrogés approuvent la réforme de l'assurance maladie. Ils ne sont qu'une minorité à déclarer avoir réduit les prescriptions d'antibiotiques (29%) ou d'arrêt de travail (20%). Surtout, près de quatre médecins interrogés sur dix (39%) pensent que "seule une remise en cause de la libre installation ou du conventionnement systématique" permettra une bonne répartition des médecins libéraux sur le territoire, contre 32% pour qui les mesures incitatives "seront suffisantes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :