La croissance allemande tirée par les exportations et la demande domestique

 |   |  267  mots
Alors que les exportations continuent de doper la croissance allemande en ce début d'année, la consommation reprend de l'allant. Avant le coup de frein attendu en raison de la hausse de la TVA début 2007, la croissance pourrait dépasser les anticipations de 1,6% du gouvernement pour 2006.

L'Office fédéral des statistiques allemand Destatis a confirmé ce matin la hausse de 0,4% de la croissance allemande au premier trimestre. Le détail de ce chiffre publié pour la première fois dévoile une information majeure: attribuable aux exportations mais également au dynamisme de la demande intérieure, la croissance allemande est saine.

Après une longue période d'asthénie, la consommation des ménages a en effet gagné 0,6% par rapport au quatrième trimestre 2005. "Couplé à la forte demande des entreprises (l'investissement productif a gagné 2,2%, sa plus forte croissance depuis le deuxième trimestre 2004), ce dynamisme a contribué au bond de 4,5% des importations au premier trimestre", explique Luca Silipo, économiste chez Ixis. Mais la vigueur des exportations, en hausse de 4,6% sur le trimestre, l'a néanmoins emporté sur ces flux pour obtenir un solde commercial extérieur positif. Résultat, sur les 0,4% de croissance du PIB, 0,1% proviennent de la demande intérieure et 0,3% des exportations.

A 0,4%, la croissance allemande est cependant inférieure aux 0,6% qui étaient attendus. Une déception attribuable au climat peu clément. Les investissements dans le bâtiment ont ainsi reculé de 3% de trimestre à trimestre, du fait d'un hiver très rigoureux qui a limité l'activité dans ce secteur.

Par ailleurs, les chiffres de 2005 ont été révisés à la hausse de 0,9% à 1%. Pour cette année le gouvernement attend 1,6% de croissance, et les six instituts de conjoncture principaux du pays tablent même dans leur projection commune sur 1,8%. En revanche, la hausse de trois points du taux de TVA au 1er janvier 2007 devrait peser sur cette reprise l'an prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :