Le gouvernement français soutien le rapprochement Arcelor-Severstal

 |   |  325  mots
Le ministre délégué à l'Industrie François Loos affiche sa préférence pour l'entrée du groupe russe dans le capital du sidérurgiste européen. Pour la première fois, des représentants d'Arcelor et de Mittal vont se rencontrer, Arcelor souhaitant des éclaircissements sur le projet industriel de ce dernier.

Le gouvernement français soutient le rapprochement d'Arcelor avec le russe Severstal: c'est ce qu'a affirmé aujourd'hui le ministre français délégué à l'Industrie François Loos. S'exprimant à l'Assemblée nationale, il a clairement affiché sa préférence pour le projet russe, élaboré par la direction d'Arcelor pour contrer l'OPA hostile lancée par Mittal Steel.

La différence entre les deux projets, a-t-il expliqué, c'est que le rapprochement avec Severstal est "amical". Selon lui, il s'agit là de "la bonne méthode pour construire l'industrie", contrairement aux "batailles boursières". Le gouvernement français avait maintes fois exprimé son hostilité à l'offre de Mittal, craignant les retombées sociales d'une prise de contrôle d'Arcelor. Les autorités françaises ne cachaient pas non plus leur méfiance envers un groupe dirigé par la famille de l'indien Lakshmi Mittal.

Aujourd'hui, le projet de rapprochement avec Severstal suscite nombre d'interrogations portant là aussi sur son mode de direction et sur une éventuelle prise de contrôle rampante d'Arcelor par un groupe issu de la trouble période des privatisations russes.

A cet égard, François Loos a affirmé au Parlement que le gouvernement français a posé les mêmes questions aux deux repreneurs potentiels d'Arcelor, en particulier sur leurs projets industriels. "Nous examinons les réponses (de Mittal)" et "nos services sont en train d'attendre (les) réponses (de Severstal)", a-t-il ajouté, précisant que, au bout du compte, ce sont "naturellement les actionnaires qui choisiront".

Arcelor a annoncé par ailleurs aujourd'hui qu'il y aura bientôt la première rencontre entre des représentants du groupe et ceux de Mittal. Arcelor a en effet reçu récemment le projet industriel élaboré par ce dernier et souhaite obtenir des précisions. Mais il ne s'agit en rien de l'ouverture de négociations, a précisé Arcelor, dont les dirigeants ont mis un point d'honneur, jusqu'ici, à refuser tout contact avec ceux de Mittal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :