Deutsche Telekom confirme ses objectifs et augmente son dividende

 |   |  510  mots
L'opérateur historique allemand a enregistré un bénéfice record l'an passé. En raison d'investissements massifs, il s'attend à un recul de son résultat brut d'exploitation en 2006.

Année record pour Deutsche Telekom. Même si l'opérateur historique n'échappe pas aux mutations technologiques du secteur, ses comptes sont plutôt satisfaisants. "2005 n'a pas été une année facile, mais au point de vue de l'évolution financière de la société c'était une bonne année", a commenté le patron du groupe Kai-Uwe Ricke lors d'une conférence de presse. Le bénéfice net est ressorti à 5,6 milliards d'euros en 2005 contre 1,6 milliard en 2004. Ce chiffre, en ligne avec les attentes, inclut une charge exceptionnelle de 1,9 milliard d'euros pour la dépréciation de T-Mobile au Royaume Uni, compensée par un gain fiscal exceptionnel de 2,2 milliards aux Etats-Unis. Hors éléments exceptionnels, le résultat est quand même de 4,7 milliards d'euros (+27% en un an).

Alors que la pression s'accroît sur les opérateurs télécoms ballottés par les mutations technologiques, ces derniers veulent retenir les actionnaires en leur allouant de généreux dividendes. Deutsche Telekom, dont le cours a plongé ces derniers jours sur des rumeurs de baisse du montant de la rémunération des actionnaires, n'échappe pas à la règle. L'opérateur historique allemand a annoncé une hausse de 16,12% du dividende au titre de l'année 2005, à 0,72 euro l'action. Une politique qu'il a d'autant plus de mal à expliquer qu'il a annoncé un plan de restructuration prévoyant la suppression de 32.000 emplois d'ici 2008.

Mais pour le groupe, tous les indicateurs sont au beau fixe. L'excédent brut d'exploitation a progressé de 5,7% à 20,73 milliards d'euros, tiré par un chiffre d'affaires en hausse de 3,9% sur un an à 59,6 milliards. Les activités à l'étranger ont compensé la contraction de 1,6% du marché allemand. La téléphonie mobile a généré des ventes en croissance de 11% et un Ebitda de 12%. La filiale américainede T-Mobile, qui a continué à engranger de nouveaux abonnés, affiche un chiffre d'affaires en hausse de 28% et reste le moteur du groupe. La téléphonie fixe, logée au sein de T-Com, a enregistré un recul de 3,6% du chiffre d'affaires et un Ebitda en déclin de 7,8%. C'est dans cette branche que seront supprimés 20.000 emplois en deux ans.

Pour 2006 et 2007, le groupe confirme ses objectifs. Il va investir 10 milliards d'euros en 2006. Il s'attend donc à un recul de son Ebitda, entre 20,2 et 20,7 milliards d'euros. En 2007, la société espère un retournement de situation et table sur un excédent brut d'exploitation compris entre 21,7 et 22,2 milliards. A cette date, Deutsche Telekom espère avoir un million de clients connectés à l'Internet très rapide (VDSL) par son réseau à fibre optique. Le groupe, qui a annoncé l'an passé des investissements massifs pour développer ce nouveau réseau, a engagé un bras de fer avec Bruxelles pour être exclu du champs de la régulation sur ce marché, et donc ne pas avoir à partager ce réseau avec des concurrents potentiels. Il veut relier cette année dix grandes villes allemandes.

A Francfort, le titre Deutsche Telekom gagnait près de 2% en fin de matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :