Nike pénalisé par une charge exceptionnelle

 |   |  512  mots
L'équipementier de sport Nike a dégagé au dernier trimestre de son exercice 2005/2006 un bénéfice net en baisse de 5% sur la période en raison d'une charge exceptionnelle.

Le groupe, dont nombre de stars de football arborent les couleurs au Mondial qui se déroule en Allemagne, a dégagé un bénéfice net de 332,8 millions de dollars, soit 1,27 dollar par action, au cours de son quatrième trimestre clos le 31 mai, contre 349,5 millions (1,30 dollar) un an plus tôt. En excluant la charge liée à une décision de justice déjà annoncée sur la marque Converse, concernant des accords de licence en Amérique du sud qui s'est traduit par le paiement de 52,5 millions de dollars, le bénéfice ressort à 1,39 dollar par action. Le chiffre d'affaires total a augmenté de 8% à 4 milliards de dollars contre 3,97 milliards attendus et 3,7 milliards un an plus tôt.

Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels est ressorti à 1,39 dollar, soit une hausse de 7%, ratant d'un cent les prévisions moyennes des analystes financiers qui étaient de 1,40 dollar.

Sur l'année (l'exercice de Nike étant décalé à fin mai), le bénéfice net a atteint 1,4 milliard de dollars, en hausse de 15%, et le chiffre d'affaires a progressé de 9% à 15 milliards de dollars. Le bénéfice par action annuel hors éléments exceptionnels augmente de 20% à 5,39 dollars, conformément aux prévisions des analystes. Y compris les éléments exceptionnels, il est de 5,28 dollars (+18%).

L'équipementier, dont les principaux concurrents sont les allemands Adidas et Puma, bénéficie de la solide demande aux États-Unis, son premier marché. Mais il a pâti récemment de moins bonnes performances en Europe et en Asie où les consommateurs privilégient les marques de chaussures de sport les moins chères, ce qui l'entraîne à multiplier des promotions préjudiciables à ses marges. Les ventes ont augmenté de 10% aux États-Unis et de 2% en Europe, grâce à la confection, tandis qu'elles ont progressé de 4% en Asie. Selon le groupe, les commandes à venir de chaussures et vêtements de sport prévues pour livraison entre juin et novembre ont augmenté de 5% comparé à la période correspondante de 2005.

Une analyste note que certains investisseurs espéraient un bénéfice supérieur aux attentes et que le recul des commandes futures dans la région Amériques, l'une des plus performantes de Nike, est inquiétant. "Il y a eu des anticipations optimistes selon lesquelles le groupe afficherait des résultats éclatants et une solide dynamique de ses ventes et ce n'est clairement pas le cas", note John Shanley, analyste chez Susquenna Financial.

Les ventes des autres marques de Nike, comme Converse, Hurley et la marque de chaussures haut de gamme Cole Hann, ont augmenté de 13% sur le trimestre. La semaine dernière, Nike a nommé un ancien cadre de Gap, Lee Bird, à la tête de ces activités. Le groupe a également annoncé la semaine dernière un programme de rachat d'actions de trois milliards de dollars. La hausse des dépenses explique la contraction des marges brutes à 43,8% comparé aux 45,2% enregistrés sur le trimestre correspondant de 2005, note Nike.

A la Bourse de New York, l'action recule de 3,91% à 80,36 dollars en fin de matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :