Fin de semaine en roue libre pour le CAC 40

 |   |  516  mots
Au terme d'une séance erratique, la Bourse de Paris ferme ses portes sur une baisse symbolique de 0,03% à 5.111,13 points. Accor s'illustre avec un gain supérieur à 2% sur fond de relèvement de recommandation. Au SRD, Safran s'adjuge près de 10%.

Fin de semaine en roue libre à la Bourse de Paris. Evoluant entre un plus bas à 5.089 points et un plus haut à 5.133 points, le CAC 40 est finalement revenu sur ses niveaux de la veille. A la clôture, il concède symboliquement 0,03% à 5.111,13 points. Les volumes sont faibles, de l'ordre de 2,6 milliards d'euros sur l'indice. A Francfort, le Dax abandonne 0,04%, tandis que le Footsie gagne 0,16%.

Le programme du jour était très allégé. Aucune statistique n'était en effet prévue aux Etats-Unis. En Europe, deux rendez-vous étaient attendus. En Grande-Bretagne, la croissance du PIB a été confirmée à 0,8% au deuxième trimestre. Elle s'établit à 2,6% sur un an. Avant l'ouverture, on a pris connaissance des résultats de l'enquête portant sur les investissements dans l'industrie en France. Les patrons ont revu en baisse, à 4% contre 5% précédemment, leurs perspectives de croissance en la matière pour l'année.

Peu de variations sur le marché des changes. L'euro s'échange à 1,2767 dollar, contre 1,2761 hier soir à New York. La devise européenne n'a guère profité de statistiques qui lui étaient pourtant favorables hier, entre les baisses plus fortes que prévu des commandes de biens durables et ventes de logements neufs aux Etats-Unis, et la bonne résistance de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne.

Le pétrole est pour sa part à la hausse, le baril de pétrole s'établissant à 73,50 dollars, contre moins de 72 dollars hier. Si les stocks hebdomadaires de pétrole sont ressortis meilleurs que prévu mercredi, BP a annoncé qu'il ne pourrait pas poursuivre la production de son champ de Prudhoe Bay en Alaska au rythme de 200.000 barils par jour. La production serait plutôt de l'ordre de 110.000 barils par jour. Enfin, alors que six otages occidentaux ont été libérés hier au Nigeria, un ouvrier italien de Saipem a encore été enlevé ce matin.

Du côté des valeurs, Accor prend 2,18% à 48,25 euros, alors que la Société Générale a relevé sa recommandation à achat sur le titre, contre conserver auparavant, avec une valeur d'équilibre de 55 euros contre 52 euros.

Safran s'envole de 9,88% à 16,02 euros. Grégoire Olivier, membre du directoire du groupe et issu de Sagem lors du rapprochement avec Snecma, a quitté ses fonctions mercredi, comme l'évoquait ce matin Les Echos. Il est remplacé par Xavier Lagarde, membre du conseil de surveillance et directeur de la qualité du groupe. Au-delà de l'apaisement des tensions perçues depuis plusieurs mois au sein de l'équipe de direction, le marché mise sur une éventuelle cession de la branche télécoms. Un conseil d'aministration est prévu le 12 septembre et pourrait décider "d'éventuelles inflexions de la stratégie". Grégoire Olivier va pour sa part chez Faurecia.

L'opérateur de télécommunications belge Belgacom a cédé la participation de 5,8% qu'il détenait dans Neuf Cegetel à Vivendi (+0,19% à 26,85 euros), via SFR. Le montant de la cession ressort à 187 millions d'euros.

Vinci a signé un nouveau contrat aux Etats-Unis, pour la construction de deux tunnels. Le montant du contrat s'établit à 166 millions d'euros. L'action perd 0,84% à 82,70 euros.


Johan Deschamps
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :