Cinq inculpations dans le scandale HP

 |   |  443  mots
Communication frauduleuse, usurpation d'identité et utilisation illégale de données informatiques, tels sont les chefs d'inculpation retenus contre cinq personnes dans le scandale des enquêtes illégales qui secoue HP depuis septembre dernier. Ces inculpations ont été annoncées hier soir au cours d'une conférence de presse par le procureur de Californie. Parmi ces cinq personnes, figure Patricia Dunn, l'ancienne présidente du Conseil d'administration d'HP qui a été contrainte à la démission. Kevin Hunsaker, un ancien cadre dirigeant du groupe, et trois détectives privés ont également été inculpés.Ce scandale des enquêtes illégales est devenu un feuilleton à rebondissement outre-Atlantique. En septembre dernier, le groupe informatique reconnaissait qu'il avait engagé en 2005 des détectives privés pour identifier l'auteur de fuites dans la presse provenant de son conseil d'administration. Patricia Dunn a expliqué qu'elle avait bien mandaté les détectives privés qui ont enquêté. Mais elle a toujours déclaré qu'elle ignorait que leurs méthodes étaient illégales. Les détectives privés ont usurpé des identités pour obtenir auprès des opérateurs de télécoms américains des relevés téléphoniques d'administrateurs et de journalistes sur lesquels ils ont enquêté, pour identifier le coupable, qui s'est révélé être un administrateur.Le groupe informatique américain dont le siège social est à Palo Alto en Californie, a donc essuyé les premières suites judiciaires de cette affaire sur le lieu de sa juridiction. Mais ce n'est pas fini. Les autorités judiciaires fédérales ont également ouvert une enquête, mais ne se sont pas encore prononcées. Le dossier est également suivi avec intérêt par la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de la Bourse américaine. Le Congrès a auditionné fin septembre plusieurs protagonistes du dossier, notamment Patricia Dunn et Mark Hurd, le PDG d'HP. Mark Hurd a reconnu récemment avoir donné son aval à l'envoi à une journaliste d'un mail contenant de fausses informations pour remonter la piste des fuites. Et avant lui, la précédente dirigeante du groupe était également impliquée dans ce scandale (voir ci-contre).Carly Fiorina, elle aussi...Carly Fiorina a été la première à ordonner des enquêtes sur des contacts entre des administrateurs et des journalistes en janvier 2005. L'ancienne PDG d'HP, qui a été limogée le 9 février 2005, fait cette confession dans ses mémoires intitulées "Tough Choices" ('choix difficiles') qui doivent être publiées mardi prochain. Une information révélée aujourd'hui par un journaliste du New York Times qui s'est procuré un exemplaire du livre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :