Les bénéfices de Shell bondissent malgré une baisse de la production

 |   |  343  mots
Le pétrolier anglo-néerlandais a enregistré des bénéfices record pour 2005 de plus de 25 milliards de dollars. Shell affiche ces performances malgré avoir subi une baisse significative de sa production en raison des nombreux ouragans qui ont frappé le Golfe du Mexique.

Shell dans le sillage d'ExxonMobil. Le groupe pétrolier Royal Dutch Shell a publié, à l'instar de son concurrent américain, des résultats record pour son exercice 2005. Son bénéfice net a atteint 25,31 milliards de dollars (21,09 milliards d'euros), pour progresser de 37% par rapport à 2004. Lundi dernier, ExxonMobil, le leader mondial du marché pétrolier avait affiché 36,13 milliards de dollars de bénéfices pour 2005.

De son côté, le chiffre d'affaires de Shell a augmenté de 15% à 306,7 milliards d'euros. Comme tout le secteur pétrolier, l'activité a été très largement soutenue par la hausse des prix du baril de pétrole tout au long de l'année (voir ci-contre). Le baril a même flirté avec les 70 dollars à New York au mois d'août avant de redescendre en dessous de 60 dollars en novembre. Les prix élevés des prix du pétrole ont réussi à compenser l'impact des ouragans sur la production de Shell.

Shell a réussi à accroître massivement ses bénéfices malgré une baisse significative de sa production. Le pétrolier anglo-néerlandais a produit 3,518 millions de barils équivalent pétrole par jour (mbj) contre 3,772 mbj en 2004, soit une baisse de 6,7%. Ce recul de la production est en quasi-totalité imputable aux ouragans de la fin de l'été et du début de l'automne dans le Golfe du Mexique (voir ci-contre).

A l'époque, les compagnies pétrolières ayant des puits dans cette région avaient été contraintes de stopper leur production. Shell a d'ailleurs signalé que sans ces interruptions, la compagnie aurait produit 3,73 mbj, soit seulement 1% de moins que la production de l'année 2004.

Malgré cela, Shell a maintenu sa prévision de production dans une fourchette comprise entre 3,5 et 3,8 mbj malgré l'impact durable des ouragans. En effet, certaines plate-formes sont encore hors-service. La plate-forme Mars, qui produit notamment plus de 4% de la production totale du groupe, sera remise en service à mi-2006 pour tourner à plein régime à la fin de l'année.

A la Bourse de Londres, le titre Shell a clôturé en baisse de 2,15% à 1.866 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :