Six idées pour accéder à l'emploi

 |  | 656 mots
Lecture 3 min.
L'Association pour faciliter l'insertion des jeunes diplômés (AFIJ), principale association d'aide aux jeunes diplômés, lutte concrètement contre les discriminations. Revue des expérimentations possibles.

Des bonnes intentions aux pratiques, l'écart est souvent considérable. Pourtant, certains essaient, à leur manière, de mettre véritablement en oeuvre la diversité, de lutter contre les discriminations à l'embauche que subissent les jeunes diplômés du supérieur issus de l'immigration, confrontés à un difficile accès à l'information, une méconnaissance du monde professionnel et une absence de réseau relationnel

Idée un : des systèmes de parrainages

Le principe : un "expert" (DRH, manager) suit, tout au long de l'année, un jeune diplômé en difficulté d'insertion. Il le conseille, le soutient dans ses démarches, lui offre une meilleure connaissance du monde du travail et l'aide à développer son réseau. 1563 diplômés ont ainsi été coachés l'an dernier par l'intermédiaire de l'Afij, tandis que la fédération IMS-Entreprendre pour la cité a instauré 500 réseaux de parrains.

Idée deux : des rencontres de présélection avec les recruteurs.

L'AFIJ organise des "Journées de Rencontres improbables", pour mettre en contacts des publics qui ne se seraient jamais croisés. Les recruteurs diffusent des annonces d'emploi, à charge ensuite de l'association de présélectionner des diplômés issus de zones urbaine sensibles et qui correspondent aux profils recherchés. Les candidats sont ensuite préparés, puis obtiennent un rendez-vous avec le recruteur. Près de 1000 jeunes ont bénéficié de ce dispositif en 2006.

Idée trois : l'aide à créer un CV Vidéo

Une minute pour convaincre et se présenter : l'initiative d'APC Recrutement vise à donner plus de chance aux personnes issues de l'immigration, trop souvent écartées dès le tri de CV.

Idée quatre : des accords et des projets lancés par les entreprises

Ils sont multiformes : Air France propose des contrats d'apprentissages aux diplômés issus de zones urbaines sensibles, la SNCF organise, en banlieue et en province, des journées "égalité et compétences" pour recruter de cadres, l'Oréal et l'IMS mettent en place plusieurs forums "emploi et diversité".

Idée cinq : encourager les jeunes à créer des entreprises

Le groupe NEPE (Nouvelles énergies pour entreprendre), composée de représentants du monde économique et associatif, incite les jeunes diplômés des quartiers difficiles à se lancer. Elle organise un Forum de l'Initiative Economique et fait circuler un "Bus de la création" partout en France.

Idée six : des préparations aux concours de la fonction publique

Parce que l'Etat recrute en moyenne 6 000 personnes par an au travers de ses concours de catégorie A et B (hors enseignants), l'Afij a mis en place, avec le ministère de la fonction publique, un système spécial pour des diplômés en difficulté d'insertion. Le programme : trois jours par semaine en contrat d'apprentissage dans une collectivité publique, puis deux jours de préparation aux épreuves dans des établissements partenaires. Au terme des deux premières années d'expérimentation, la moitié des jeunes a intégré la fonction publique. Par ailleurs, la Police nationale a lancé l'année dernière deux classes préparatoires aux concours de commissaires et d'officiers, conçues pour accueillir des personnes défavorisées par leur situation sociale ou susceptibles d'être victimes de discriminations.


Le constat
Un testing établi en 2006 par le sociologue Jean-François Amadieu a démontré qu'à CV équivalents, un candidat au patronyme maghrébin a trois fois moins de chance de se faire convoquer à un entretien. D'après l'AFIJ, lorsque qu'ils décrochent un premier emploi, ces jeunes obtiennent davantage de CDD (à 63 % contre 47 %), au SMIC pour la moitié d'entre eux,. A Bac +4 et plus, 48 % exercent des tâches d' "exécution, sans perspectives d'évolution", contre un tiers des autres jeunes. Ces chiffres s'aggravent encore chez les filles issues de l'immigration, puisque 70 % d'entre elles obtiennent un CDD comme premier poste. Avec un diplôme supérieur à une Licence, elles ne sont que 20 % à exercer un métier à responsabilités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :