Transparency international épingle le Royaume-Uni

 |   |  328  mots
L'association souligne le manque de volonté politique dans la lutte contre la corruption des agents publics étrangers au Royaume-Uni.

Dans un nouveau rapport publié mercredi 18 juin, l'association anti-corruption Transparency international (TI) montre particulièrement du doigt le Royaume-Uni. Ce pays ne figure pas parmi des 14 pays sur 34 signataires qui ont mis en oeuvre significativement la Convention OCDE de lutte contre la corruption des agents publics étrangers.

Le rapport indique que le Royaume-Uni ne répond pas au critère fixé par l'OCDE concernant les efforts des pays pour rendre accessible les procédures de poursuite pour des accusations de corruption à l'étranger.

L'arrêt de l'enquête sur la corruption visant le groupe d'armement anglais BAE Systems représente une remise en cause majeure de la Convention de l'OCDE". Cette décision a été prise par l'ancien premier ministre Tony Blair fin 2006 afin de mettre un terme à ce scandale datant de 1985 où BAE systems est accusé d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels saoudiens pour décrocher un contrat d'armement. Tony Blair avait décidé de suspendre les investigations pour l'intérêt général du Royaume-Uni et éviter d'éventuels "effets désastreux pour les relations entre Londres et Riyad".

Avec l'arrivée de Gordon Brown au 10 Downing street le 27 juin dernier, l'enquête pourrait reprendre sous la pression de l'OCDE. selon TI. L'association espère vivement que le Royaume-Uni s'efforcera de mettre en place "les mesures qui s'imposent pour adopter une nouvelle loi anti-corruption moins archaïque".

Plus globalement, seuls le Canada, le Japon et le Royaume-Uni n'ont pas réalisé de progrès satisfaisants parmi les huit pays signataires de la Convention ayant la plus grosse part dans les échanges mondiaux en 2006. Ces pays (Etats-Unis, Allemagne, Japon, Grande Bretagne, France, Italie, Pays Bas, et Canada) représentent environ deux tiers des exportations mondiales des biens et services.

La France a pris, selon le rapport de TI, des mesures satisfaisantes pour appliquer pleinement les dispositions de la Convention. Ce pays a signé la convention de L'OCDE en 1997 et l'a transposé dans son droit interne en 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :