Immobilier d'entreprise : année record pour les investissements en Europe

 |   |  329  mots
L'investissement en immobilier d'entreprise en Europe devrait dépasser les 243 milliards d'euros en 2007. La France "reste un des principaux marchés de l'investissement" et les investisseurs étrangers sont de plus en plus présents, selon une étude du cabinet Cushman and Wakefield.

Les volumes d'investissement immobilier d'entreprise en Europe devraient dépasser 243 milliards d'euros en 2007, selon une étude du cabinet de conseil international Cushman and Wakefield, publiée ce vendredi. Sur les six premiers mois de l'année, le marché européen de l'investissement en immobilier d'entreprise a atteint 59,6 milliards d'euros, soit 23% de plus qu'à la même période en 2006, "année qui détenait jusqu'à présent le record", selon l'étude.

La France "reste un des principaux marchés de l'investissement en Europe avec 15 milliards d'euros investis depuis le début de l'année, soit 25% de plus qu'à la même période de 2006", note cette étude. A côté, le Royaume-uni et l'Allemagne "séduisent particulièrement par la qualité de leurs actifs et demeurent les marchés les plus convoités en matière d'investissement".

Les investisseurs étrangers sont de plus en plus présents, leur part atteignant 58% contre 42% au premier semestre 2006. "Sur un certain nombre de marchés européens, les investisseurs locaux ont reculé, mais les investisseurs étrangers ne se sont pas faits prier pour prendre la place", explique Olivier Gérard, responsable du département Capital Markets Group chez Cushman and Wakefield, cité par l'AFP. Il relève "une demande forte" du Moyen-Orient, d'Irlande, d'Australie et des Etats-unis.

L'étude souligne toutefois que "les niveaux de performance sur la plupart des marchés européens ont atteint leur point maximal avec des taux de rendement extrêmement stables". Alors que le marché mondial connaît des turbulences, "les investisseurs deviennent plus prudents sur les prix et se concentrent sur des actifs qui leur garantissent une croissance de revenus soutenue". "La volatilité des marchés financiers rappelle aux investisseurs la nécessité d'élargir leur portefeuille à l'immobilier, qui est une valeur sûre avec des risques faibles et des revenus sécurisés et à plus ou moins long terme", explique Olivier Gérard. "En conséquence, la demande pour ce compartiment restera élevée."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :