Malgré un emprunt à la Banque d'Angleterre, Barclays affirme déborder de liquidités

Barclays nie tout problème de liquidités malgré son emprunt de 1,6 milliard de livres à la Banque d'Angleterre. La banque britannique veut convaincre les acteurs du marché que son exposition à la crise du crédit immobilier à risque est "limitée".

"Barclays déborde de liquidités" est devenu le nouveau leitmotiv du groupe anglais. La banque britannique ne cesse de marteler qu'elle n'a aucun problème de liquidités lié à la crise du crédit immobilier à risque. Vendredi, elle a expliqué que, si elle a dû emprunter 1,6 milliard de livres à court terme à la Banque d'Angleterre (BoE), c'est pour de simples problèmes techniques.

Selon la direction de Barclays, "une panne technique a touché mercredi le système de compensation britannique. La banque d'Angleterre est là pour faciliter les opérations de marché dans ce genre de situation. Rien ne serait arrivé s'il n'y avait pas eu cette panne". Pour la banque britannique, "dramatiser la situation n'apporte rien aux marchés, à leurs participants ni à leurs clients", mieux vaut donc garder confiance.

La BoE avait annoncé jeudi avoir prêté la veille 1,556 milliard de livres via sa procédure de facilité de crédit à des établissements non identifiés. L'annonce a alors relancé les spéculations sur les institutions financières britanniques qui seraient éventuellement exposées à la crise du "subprime". Du coup, l'action Barclays a cédé jusqu'à 2 % jeudi à la Bourse de Londres. Ce n'est pas la première fois que Barclays est au coeur des préoccupations. La presse britannique avait déjà soupçonné la banque d'avoir eu recours à la facilité de crédit de la BoE, à hauteur de 314 millions de livres. Une information démentie par Barclays.

Ces derniers jours, la banque multiplie les efforts pour rassurer sur son exposition au "subprime". Même si cette exposition semble limitée, le départ d'Edward Cahill, spécialiste de certains montages financiers complexes dans une des filiales, laisse planer le doute.

Pourtant, la Bourse de Londres ne semble pas douter de la véracité des déclarations de la banque puisque le titre gagne 1,09 % ce matin, à 604 pence.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.