Management de transition : des opportunités pour les seniors

 |   |  559  mots
Le management de transition offre des opportunités pour les cadres confirmés. Une occasion pour les seniors de valoriser leur expérience avec cette manière de travailler différente qui séduit 25 à 30% de cadres en plus chaque année.

Remettre à plat les systèmes d'information, définir un plan stratégique d'internationalisation d'une activité, gérer les conséquences en matière de ressources humaines de la fermeture d'un site... Tels sont quelques exemples des missions proposées par les entreprises à des managers de transition.

Une manière de travailler différente qui concerne 25 à 30% de cadres en plus chaque année. "Quelque 10.000 missions seraient aujourd'hui offertes en France contre quelques centaines il y a encore quelques années", souligne Michel Chevalier, directeur associé de EIM France, un des principaux cabinets qui met en relation les demandeurs et offreurs de services sur le marché hexagonal.

Ce qu'est le management de transition
Apparu aux Pays-Bas il y a plus de trente ans, le management de transition s'installe en France depuis une dizaine d'années. Les managers de transition, des experts de haut niveau, prennent en charge une entreprise ou l'un de ses départements, le plus souvent pour conduire un changement pendant une période donnée. Les grands groupes ont initié le mouvement, les PME ont suivi.

Les différences avec l'intérim cadre
L'intérim cadre permet simplement de tenir une position ou de remplacer une personne à un poste vacant sans bouleverser les pratiques ou les habitudes même.

Pour répondre à la demande, ces intermédiaires sont en permanence à l'affût de nouveaux CV venant compléter leur base de données. "Quand nous recevons une offre, nous commençons à puiser dans nos fichiers car les postes sont généralement à prendre à très brefs délais", mentionne Bernard Tronel, directeur général de Essensys.

Le bon CV
"Le profil idéal: un cadre ayant au minimum quinze ans d'expérience qui a été conduit au cours de sa carrière à développer des projets d'envergure", ajoute Léonard Briot de la Crochais, directeur général de X-PM. Principales cibles des cabinets: les seniors. "A condition qu'ils aient réellement les compétences en adéquation avec leurs anciennes fonctions. Trop d'anciens directeurs généraux viennent nous voir, alors que cela fait plusieurs années qu'ils ont perdu tout contact avec le travail de terrain, se contentant de donner des impulsions. Il nous faut des managers qui n'hésitent pas à mettre la main à la patte", note Michel Chevalier. Les postes proposés peuvent également convenir à des quadras "qui en ont soupé des structures hiérarchiques", reconnaît le responsable d'X-PM.

La prise de risque
Dans la majorité des cas, les candidats doivent faire preuve d'autonomie, même si certains peuvent être épaulés par les cabinets comme X-PM pendant la durée de leur contrat. Si le type de mission varie selon les structures (plutôt financières chez Robert Half, plutôt direction générale chez EIM, d'autres intervenants, comme Essensys ou X-PM, proposent un choix plus large: ressources humaines, qualité... ), elles durent en moyenne entre 9 et 18 mois. "Et on ne peut pas donner l'assurance à un candidat de pouvoir enchaîner mission sur mission. Pour cette raison, nous recherchons des cadres qui acceptent de prendre des risques", met en garde Fabrice Coudray, directeur pour la France de Robert Half. C'est pour "couvrir" ce risque d'interruption que les salaires ou honoraires des managers de transition sont généralement un peu plus élevés que ceux perçus par les salariés ou les consultants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :