Jean-Claude Trichet plaide à son tour pour une plus grande flexibilité du yuan

 |   |  197  mots
Le président de la Banque centrale européenne appelle Pékin à laisser sa monnaie s'apprécier davantage. Il a évoqué un accord informel avec les Etats-Unis pour envoyer éventuellement un message à la Chine sur les changes.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a exhorté la Chine à rendre sa monnaie plus flexible, un objectif partagé par les membres du G8. "Sur la devise chinoise, nous sommes convenus que nous avions un message commun", a-t-il dit lors d'une interview à France 24 qui sera diffusé demain.

"Nous pensons que dans notre intérêt, tout comme dans celui de l'économie mondiale, il y a matière pour leur monnaie à devenir plus flexible et à s'apprécier davantage en accord avec les fondamentaux de l'économie chinoise", a-t-il dit reprenant ainsi une antienne qu'affectionne depuis plusieurs années l'administration Bush. La Chine fixe la valeur de la monnaie selon un panier de devises y compris le dollar, l'euro et le yen, et a annoncé le mois dernier qu'elle laisserait le yuan fluctuer de 0,5% autour d'un cours pivot fixé quotidiennement, et non plus 0,3%.

Depuis l'abandon du peg (alignement) avec le dollar, décidé par Pékin le 21 juillet 2005, le yuan s'est apprécié d'environ 8%. Plus inhabituel, Jean-Claude Trichet a même évoqué un accord informel entre la BCE et les Etats-Unis pour envoyer éventuellement un message à la Chine sur la question des changes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :