Rio Tinto et Norsk Hydro intéressés également par Alcan

 |   |  307  mots
Rio Tinto aurait engagé Deutsche Bank pour le conseiller sur une éventuelle contre-offre visant le producteur d'aluminium canadien Alcan, selon l'édition de lundi du Sydney Morning Herald. De son côté, le quotidien de Toronto "The Globe and Mail" indique que le norvégien Norsk Hydro se prépare à faire également une offre sur Alcan

La contre-offensive autour d'Alcan se précise. D'une part, Rio Tinto, qui fait régulièrement l'objet de rumeurs de rachat pourrait passer à l'offensive. Le deuxième groupe minier mondial aurait en effet engagé Deutsche Bank pour le conseiller sur une éventuelle contre-offre visant le producteur d'aluminium canadien Alcan rapporte ce lundi le Sydney Morning Herald.

Cet après-midi, c'est le quotidien de Toronto "The Globe and Mail" qui annonce que le norvégien Norsk Hydro se prépare à faire également une offre sur Alcan. Norsk Hydro, spécialisé dans les hydrocarbures et l'alumimium et détenu à 43,8% par l'Etat norvégien, aurait commencé à plancher sur une offre de plus de 30 milliards de dollars américains, indique le journal en citant des banquiers d'investissement travaillant avec les deux compagnies.

Alcan a rejeté la semaine dernière une OPA non sollicitée de 28,4 milliards de dollars d'Alcoa, déclenchant des spéculations sur une surenchère. Mais dans un document remis au gendarme de la Bourse américaine, la SEC, le producteur d'aluminium Alcan indique qu'il pourrait réexaminer l'offre d'Alcoa si celle-ci était relevée. Il explique également qu'il pourrait lui-même lancer une contre offre sur Alcoa, et qu'il a été approché par d'autres acquéreurs potentiels.

La presse canadienne a cité la semaine dernière BHP Billiton comme possible chevalier blanc, en faisant état de discussions entre les deux groupes. Selon le Sydney Morning Herald, ces discussions n'ont pas enregistré de progrès et BHP n'est pas plus avancé que les autres groupes qui ont manifesté de l'intérêt.

En plus de l'anglo-australien Rio Tinto et de BHP, les autres parties intéressées pourraient être le brésilien CVRD, les groupes miniers Anglo American et Xstrata, le russe Rusal, des groupes chinois et peut-être des fonds d'investissement, croit savoir encore le journal australien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :