Carrefour n'a pas obtenu l'interdiction du site de Leclerc sur les comparaisons de prix

Carrefour avait attaqué une première fois un site internet de comparaison de prix de Leclerc en juin 2006, obligeant Leclerc à fermer la première version de son site. Cette fois, la Cour d'appel ne lui donne pas raison.

Le distributeur Carrefour a été débouté en appel dans une action sur le fond qui l'opposait aux centres Leclerc et visant à faire interdire le site internet de comparaison des prix de ce dernier, selon la décision dont l'AFP (Agence France Presse) a obtenu copie mercredi.

La Cour d'appel de Paris "déboute la société Carrefour de l'ensemble de ses prétentions" et "condamne cette dernière à payer (...) la somme de 10.000 euros à la société Galec (centrale d'achat de Leclerc) et celle de 3.000 euros à la société Colt (hébergeur du comparateur)", selon la décision.

Elle estime qu'"aucune faute ne peut être imputée à la société Galec du fait de la publicité comparative qu'elle a mise en oeuvre au travers des versions 2 et suivantes du comparateur de prix proposé aux consommateurs" et qu'"aucun fait de concurrence déloyale" ne peut être retenu à son encontre.

Carrefour avait attaqué une première fois un site internet de comparaison de prix de Leclerc en juin 2006, obligeant Leclerc à fermer la première version de son site.
Ce site, qui comparait les prix entre ses enseignes et ses concurrents locaux sur un panel de produits de consommation courante, montrait que l'enseigne Leclerc était la moins chère sur la quasi-totalité du territoire.

Il avait également suscité les foudres des enseignes concurrentes et des associations de consommateurs pour son manque de transparence dans la méthodologie.
Carrefour était reparti à la charge avec une nouvelle plainte en décembre 2006, visant cette fois une deuxième version du site des centres Leclerc. C'est sur cette affaire que l'enseigne Carrefour vient d'être déboutée en appel.

"Désormais, nous nous sentons libres de multiplier le nombre de relevés et de produits sur ce site. Nous allons également lancer des versions locales", a commenté Michel-Edouard Leclerc, patron des centres du même nom.
Leclerc se contentait de publier une version "allégée", en attendant la décision de la Cour d'appel, a-t-il souligné.

Cette version, mise à jour en mai, propose aux internautes de comparer le prix de 2.388 produits de grande consommation chez Leclerc, Intermarché, Champion (Carrefour) et Système U. Les relevés des hypermarchés Carrefour, Auchan, Cora et Géant (Casino) ne sont pas disponibles, Leclerc expliquant que les enquêteurs n'ont pas eu accès à ces magasins.

Contacté par l'AFP, Carrefour n'a pas commenté la décision de la Cour d'appel dans l'immédiat.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.