Richard Branson, patron de Virgin, dénonce l'alliance British Airways - American Airlines

 |   |  189  mots
L'aventurier milliardaire a écrit aux candidats à l'élection présidentielle américaine pour les sensibiliser au risque de réduction de la concurrence et de hausse des prix.

L'aventurier milliardaire britannique Richard Branson, patron du groupe Virgin et notamment de la compagnie aérienne Virgin Atlantic, a beau avoir (presque) toujours le sourire, il est aussi pugnace en affaires.

Son nouveau cheval de bataille concerne le projet d'alliance entre British Airways (qui doit par ailleurs fusionner avec l'espagnole Iberia) et American Airlines. A ses yeux, il comporte un risque de diminution de la concurrence et de hausse des tarifs.

Pour le dénoncer, il vient d'écrit ce week-end aux candidats américains à l'élection présidentielle de novembre prochain, le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain. Il leur indique que le trio British Airways - Iberia - American Airlines va disposer de "près de la moitié des créneaux d'aterrissage et de décollage à l'aéroport de Londres Heathrow".

Il rappelle que la compagnie aérienne britannique et sa grande homologue américaine ont déjà tenté deux fois dans le passé de se rapprocher, projets qui ont sucsité les inquiétudes des autorités de la concurrence, notamment en raison de la puissance d'une telle union sur les vols transatlantiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :