Kingfisher à la peine en Grande-Bretagne

 |   |  385  mots
Le groupe britannique spécialisé dans les magasins de bricolage et de décoration a annoncé des ventes en baisse de 0,5% à périmètre comparable sur son quatrième trimestre.

Le britannique Kingfisher, numéro un européen des magasins de bricolage et d'aménagement d'intérieur, a annoncé aujourd'hui une hausse de 4,6% de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre de son exercice 2007-2008, à 2,18 milliards de livres (2,9 milliards d'euros). A périmètre comparable, le groupe affiche cependant une baisse de 0,5% sur cette période.

C'est surtout en Grande-Bretagne, un marché qui représente un peu moins de la moitié de ses ventes, que l'activité a été la plus difficile (-1,7% à périmètre comparable, contre une baisse de 1,4% attendue). Le groupe, qui possède au Royaume-Uni l'enseigne de bricolage B&Q, est en effet confronté, comme ses concurrents, à un tassement de la consommation et du marché de l'immobilier.

En France, en revanche, la situation est plus favorable. Le chiffre d'affaires de son enseigne Castorama a progressé de 3% au quatrième trimestre, alors qu'une hausse de 2,8% était attendue. Avec la chaîne Brico-Dépôt (baisse de 1,1%), les ventes en France ont au global progressé de 1,1% à périmètre comparable. Au troisième trimestre, la hausse s'était montée à 2,3%, ce qui montre un tassement de la croissance sur le dernier trimestre de l'exercice.

Dans ce contexte, Kingfisher envisage de s'étendre hors de France et de Grande-Bretagne. En Europe (France et Royaume-Uni exceptés), les ventes ont d'ailleurs progressé de 4,4% à périmètre comparable, après une hausse de 10% au troisième trimestre. En Asie, où le groupe maintient une unique présence en Chine, après s'être retiré l'an dernier de Taiwan et de Corée du Sud, les ventes (122 millions d'euros) ont reculé de 7,5 % à périmètre comparable.

Le nouveau directeur général Ian Cheshire, qui a succédé le mois dernier à Gerry Murphy, a indiqué qu'il prévoyait de réviser les structures de direction autour "d'un unique groupe unifié de distribution". "Je pense qu'avec la bonne équipe, clairement concentrée sur l'obtention de bénéfices plus élevés et d'une efficacité accrue du capital, nous pouvons améliorer les bénéfices et obtenir un changement réel de valeur pour les actionnaires", a-t-il poursuivi. Kingfisher a cependant indiqué que ses profits sur l'exercice 2007-2008 achevé le 2 février seraient conformes au consensus du marché. Ce dernier tablait sur des profits d'environ 350 millions de livres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :