Nike : les Etats-Unis ralentissent la croissance

 |   |  337  mots
Le fabricant américain d'articles de sport annonce une hausse de 26% de son bénéfice en 2007/2008 à 1,9 milliard de dollars pour des ventes de 18,6 milliards (+14%). L'international a boosté le groupe mais les investisseurs redoutent la faiblesse des commandes annoncées pour les Etats-Unis.

Le fabricant américain d'articles de sport Nike a publié après la clôture de Wall Street mercredi ses comptes 2007/2008 (exercice clos à fin mai) qui globalement ont été meilleurs que prévu: au quatrième trimestre, le bénéfice net s'est établi à 490 millions de dollars, en hausse de 12%. Le bénéfice par action (BPA) ressort à 98 cents.

Sur l'ensemble de l'exercice, le bénéfice net a gagné 26%, à 1,9 milliard de dollars, soit un BPA de 3,74 dollars. Le chiffre d'affaires trimestriel a progressé de 16% à 5,1 milliards et les revenus sur l'année ont grimpé de 14%, à 18,6 milliards. Le marché tablait sur un BPA trimestriel de 96 cents et sur un BPA annuel de 3,65 dollars, pour des revenus de 4,95 milliards sur le dernier trimestre et de 18,46 milliards de dollars sur l'année.

Nike, qui équipe les athlètes pour les Jeux olympiques de Pékin, a vu sa croissance portée à l'international par la baisse du dollar. En Europe, le chiffre d'affaires a ainsi augmenté de 19%. En Asie et en Océanie, il a bondi de 39%. Mais aux Etats-Unis, où le consommateur se montre prudent sur ses dépenses face au ralentissement économique en cours, les ventes se sont accrues de 4% seulement (+6% pour la chaussure et +2% pour le textile).

Quant au carnet de commandes, il marque pour les six mois à venir (jusqu'en novembre) une hausse de 11% à 8,8 milliards de dollars, se répartissant entre une stagnation aux Etats-Unis, une augmentation de 10% en Europe et un bond de 31% en Asie.

Le contexte économique est "difficile" a reconnu le directeur général du groupe Mark Parker en commentant les résultats: Nike est selon lui "mieux positionné que jamais" en terminant cet exercice et en en entamant un nouveau, ce malgré "un environnement macroéconomique incertain". Et d'ajouter: le groupe "va travailler plus et avec une structure plus légère".

Les investisseurs ont été déçus par la faiblesse du carnet de commandes. Dans les transactions après-Bourse, le titre reculait de plus de 5% à 62,68 dollars après avoir fini stable à 65,97 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :