La Banque du Japon veut rester zen

La banque centrale japonaise a maintenu son principal taux directeur à 0,5% ce matin. Elle juge que les indicateurs économiques domestiques restent solides et privilégie l'hypothèse d'une reprise américaine dès le second semestre.

La banque centrale japonaise (BoJ) garde le cap. Ce matin, au milieu de la tourmente boursière mondiale déclenchée par la peur d'une récession aux Etats-Unis, son comité de politique monétaire a voté à l'unanimité le maintien de son principal taux directeur à 0,5%. Le gouverneur Toshihiko Fukui a assuré, lors d'une conférence de presse, que la position de la banque centrale n'avait pas évolué : elle prévoit toujours une remontée progressive des taux.

"Nous ne pouvons pas laisser un phénomène ponctuel obscurcir notre réflexion et nous obliger à prendre une décision dans l'urgence", a déclaré Toshihiko Fukui. La Banque du Japon maintient en outre son opinion sur le cycle économique actuel. Un cycle "vertueux" qui permet une croissance régulière et dans lequel la hausse de la production favorise le revenu des ménages et la consommation.

Enfin, si Toshihiko Fukui reconnaît que les signes de ralentissement de l'économie américaine se multiplient, il privilégie l'hypothèse d'une reprise aux Etats-Unis dès le second semestre. Seul bémol : la banque centrale reconnaît que la croissance de l'archipel est un peu plus faible que prévu. Mais elle attribue ce léger tassement à la baisse prolongée de l'investissement dans le logement.

Pour un certain nombre d'analystes, la BoJ aura cependant du mal à maintenir ce diagnostic jusqu'à la prochaine réunion de politique monétaire. Signe de l'évolution progressive du jugement du comité de politique monétaire selon eux : Atsushi Mizuno, seul membre du comité de politique monétaire à avoir voté pour une hausse des taux depuis juillet, s'est prononcé pour un statu quo ce matin comme en décembre. Le biais haussier semble donc compromis.

"La BoJ a réussi à maintenir son scénario de base mais je pense qu'un scénario aussi optimiste aura disparu dans le rapport d'avril", commente un économiste du Mizuho Research Institute cité par Reuters. Les marchés vont plus loin puisqu'ils estiment à plus de 50% la probabilité d'une baisse des taux japonais d'ici juin. Plombée par les craintes de voir le ralentissement économique américain se propager en Asie, la Bourse de Tokyo, a clôturé la séance en baisse de 5,65%, au plus bas depuis plus de deux ans. Quant au yen, il a atteint 105,65 yens pour 1 dollar ce matin, son plus haut niveau depuis deux ans et demi face au billet vert.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.