Carnet de bord décalé : "God save the budget"

 |   |  1059  mots
Un regard oblique sur l'actualité économique et financière de la semaine. Chaque jour, un fait ou un chiffre saillant.

Chaque semaine, le carnet de bord décalé des marchés.

Lundi 18 octobre. Le flop des titans

Décidément on aura beau mettre des tutus roses à deux hippopotames, cela ne les fera pas plus danser ensemble. Il faut se rendre à l'évidence : vu leur surcharge pondérale, BHP Billiton et Rio Tinto ne pourront jamais danser ne serait-ce qu'un slow. Ils viennent de s'en rendre compte en mettant fin à leur projet de joint-venture censée regrouper leurs actifs dans le minerai de fer australien. Marius Kloppers, patron de BHP, doit aujourd'hui manger son chapeau de cow-boy australien. Et pour cause, sa principale motivation depuis près de trois ans vient en effet de s'envoler en fumée : faire main basse sur les ressources de minerai de fer australien de son compatriote pour créer un monopole et imposer des hausses de tarifs substantielles à la Chine. Le projet sorti par la porte après l'abandon de l'OPA de BHP Billiton sur Rio Tinto, était revenu il y a un an par la fenêtre à l'occasion du projet de joint-venture. Sauf qu'il est encore plus difficile de faire passer ni vu, ni connu, deux pachydermes par une fenêtre que par une porte. Les autorités de la concurrence de l'ensemble de la planète avaient pourtant déjà prévenu le cow-boy australien. Ça ne passera pas. Têtu comme il est, espérons seulement qu'il ne tentera pas de passer en force par le trou de la serrure.

Mardi 19. Lapin chinois

On a beau avoir du mal à les cerner, on sait maintenant que les chinois, outre les arts martiaux, maîtrisent avec une très grande technicité le coup du lapin. Pas celui que l'on assène derrière la nuque mais bel et bien celui qui laisse tout le monde en plan. Démonstration a été encore donnée aujourd'hui par la Banque populaire avec le resserrement surprise d'un quart de point de ses taux directeurs portant le taux des dépôts à un an à 2,5 % et les taux des prêts à 5,56 %. Comme cela, en un battement de cil. Alors que le bouddha n'a pas bouger ses taux depuis décembre 2007. Et que cela fait des années que tout le monde râle après l'hypercompétitivité d'un yuan sous-évalué. Des mois que la planète économique s'enfonce lentement mais sûrement dans les plis d'un protectionnisme larvé via une guerre monétaire. En vérité, ce timing ne doit rien au hasard. C'est une façon de détendre l'atmosphère avant l'ouverture du G20 de la finance, vendredi, à Séoul. Et, de fait, de laisser tout le monde en plan donc. Le fameux coup du lapin. Le rendez-vous manqué. Les autorités chinoises connaissent l'efficacité du procédé puisqu'elles l'ont déjà testé au printemps dernier avant le sommet de Toronto. Et à chaque fois c'est la même chose, le G20 se solde par « G Rien à redire ».

Mercredi 20. "God save the budget"

En France, les grévistes s'agitent. Du côté des travailleurs, comme des étudiants, le débat sur les retraites exacerbe les passions. Les cortèges se densifient, les poubelles brûlent...Pendant ce temps, outre-Manche, le flegme britannique est de rigueur. George Osborne, le bûcheron de l'Echiquier, a beau s'attaquer à coups de hache au budget de la Grande-Bretagne, on entend pas un seul moustique voler au-dessus de la Tamise. Pourtant, les coupes sont pour le moins franches. L'objectif : 100 milliards d'euros d'économies réalisées, entre autres, sur le dos de près de 500.000 fonctionnaires priés de faire leurs cartons d'ici à 5 ans. En terres gauloises, la nouvelle aurait certainement provoqué une seconde prise de la Bastille. Mais, le peuple de la Perfide Albion encaisse. La fatalité s'installe et gagne progressivement la sphère privée. Notamment du côté des entreprises contraintes de revoir leurs ambitions de facturations de contrats avec le secteur public. Certaines sociétés comme Steria en font déjà les frais. Et cela ne fait que commencer.

Jeudi 21.  La vie en bleu

Les investisseurs ont le poker dans le sang. Ils savent que pour gagner gros, il faut savoir miser gros. L'heure est venue de sortir l'artillerie lourde. La couleur bleue, traditionnellement associée aux jetons les plus forts, envahit le tapis. Les « blue chip » reviennent en force. Danone, Pernod-Ricard et consorts sortent du bois après avoir été oubliés dans le cyprès durant la phase de rebond des indices entamée le 9 mars 2009. Et cela au profit de profils plus cycliques, massacrées sur l'autel de la crise. Les traders ne veulent plus payer pour voir. Le moindre centime investi risquant d'être englouti par les affres d'une croissance économique molle, voire inexistante en 2011. Face à ce dilemme, nos fleurons nationaux aux enseignes incontournables constituent une alternative de choix. Louis Vuitton, Evian, Actimel, Absolut...Les grandes marques se vendent bien et à bon prix. Surtout dans les pays émergents. Il fallait au moins cela pour rêver un peu.

Vendredi 22. Décalage horaire

Lagarde et Schaüble l'ont mauvaise. Mais alors vraiment très mauvaise ! 13 h de vol régulier à 10.000 euros la place, certes en Première mais même pas sur un A380 ... Sans compter les bataillons de conseillers qui ont dû croupir le temps du voyage en classe éco ... Et encore, ils n'étaient pas à la place de Osborne, qui a finalement voyagé en soute, drastique slim-fast budgétaire outre-Manche oblige ! « Ils sont drôles avec leur G20 de la Finance ! C'est tout de même pas donné un aller et retour à Séoul. Ce n'est pas comme cela que l'on va réduire nos déficits. D'autant que maintenant que la Chine a relevé ses taux, je ne vois pas du tout l'intérêt d'y aller ! » s'exclame Christine Lagarde à Wolfgang Schäuble pendant le vol. Et oui, maintenant que la Chine et les Etats-Unis ont signé une trêve monétaire en début de semaine, il y a fort à parier qu'au-delà des bons sentiments exprimés sur le thème de « tout sauf le retour du protectionnisme », les ministres des Finances n'auront pas grand-chose à se dire à Séoul. Et avec le renchérissement du yuan cette semaine, Christine qui doit passer par Pékin au retour, se dit que son billet va lui coûter encore plus cher..

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :