Xi Jinping, l'homme fort que l'on n'attendait pas

 |   |  371  mots
Le président chinois et son homologue américain Barak Obama. Copyright Reuters
Le président chinois et son homologue américain Barak Obama. Copyright Reuters
Avant d'endosser le costume du réformateur, Xi Jinping veut démontrer qu'il jouit d'une autorité totale sur la direction chinoise et sur l'ensemble des rouages de l'Etat et du Parti. Une posture qui en surprend plus d'un.

 Le style Xi Jinping s'affine et il n'est pas celui auquel on pouvait s'attendre, en Chine comme à l'étranger. Pour l'instant, le président chinois n'a pas endossé le costume du grand réformateur, mais semble vouloir renforcer son contrôle sur l'élite dirigeante du parti et poursuivre la lutte contre la corruption d'une façon plus dure et plus décidée que ce que l'on croyait. Il apparaît de plus en plus comme un homme fort, décidé à exercer son autorité sur tous les rouages de la direction chinoise, y compris sur l'armée, puisqu'il est aussi Président de la Commission militaire centrale.

Il affiche un caractère trempé et une froide détermination, comme au plus fort de l'affaire Bo Xilai, au cours de laquelle les témoins directs rapportent le calme et le sang froid dont il a fait preuve au c?ur de ce qui était bien une crise majeure. Son voyage aux Etats-Unis, les 8 et 9 juin, lui a permis de peaufiner son image, à la fois décontracté en apparence, prêt au dialogue direct avec son interlocuteur (cinquante minutes de tête à tête avec Barack Obama, ce qui n'était pas dans les habitudes des anciens dirigeants chinois), mais intraitable sur le fond, notamment quant il s'est agit de répondre aux accusations de l'administration américaine sur le cyber espionnage.

Cela annonce un style nouveau, ce qui ne signifie pas que le dialogue entre la Chine et les Etats-Unis en sera plus aisé. Lors de ses déplacements à l'étranger, et notamment à Moscou en mars dernier, le couple présidentiel veut donner une image de frugalité et de simplicité, en particulier Peng Liyuan, l'épouse de Xi Jinping, qui apparaît le plus souvent dans des tenues signées de créateurs chinois, jouant de formes simples, de couleurs sobres, et dénuées de tout luxe ostentatoire.

L'un de ses créateurs, la styliste Ma Ke de la marque chinoise Exception, a d'ailleurs parfaitement résumé la nouvelle conception « frugale » de la mode : « Etre à la mode cela veut dire revenir vers l'ordinaire. Le vrai luxe réside dans l'esprit que dégage un vêtement, pas dans son prix »....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :