Municipales 2014 : qu'elle était "verte" la Silicon Valley niçoise

 |   |  1153  mots
(Crédits : Thomson Reuters)
Jusqu'aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains, La Tribune analysera les enjeux du scrutin dans une vingtaine des principales villes françaises. Quatrième volet : Nice, où l'Éco-vallée et la seconde ligne du tramway font débat.

Lorsque les 128 jets d'eau se sont mis en marche le 26 octobre, le député-maire de Nice ne dissimulait rien de sa satisfaction. Là où, il y a encore deux ans, s'élevaient un parking et une gare routière tout de béton vêtus, s'étale désormais une "coulée verte" - nom longtemps donné à ce projet dont le but était de planter un poumon vert en plein coeur de Nice. Rebaptisée entre-temps Promenade du Paillon, cette étendue de 12 hectares, avec son miroir d'eau de 3.000 m2, ses 40.000 m2 d'espaces verts et ses arbustes modifie sensiblement le visage urbain du centre-ville.

Pour Christian Estrosi, candidat UMP à sa propre succession, le pari - qui a coûté 40 millions d'euros - est réussi. Celui qui a été ministre délégué à l'Aménagement du territoire sous l'ère Villepin de 2005 à 2007 a, en effet, décidé, dès son accession à l'Hôtel de ville en 2008, de faire de sa baie des Anges une ville verte exemplaire. Un fil rouge qui va guider de nombreux chantiers dont la fameuse Éco-vallée. Une opération d'intérêt national (OIN) fort ambitieuse - pharaonique même, lui reprochent ses détracteurs à droite comme à gauche - qui doit devenir, à terme, une sorte de Silicon Valley dédiée aux green techs.

Au total, 10.000 hectares, dont notamment un nouveau quartier d'affaires de 49 hectares et une technopole urbaine, Nice Méridia, qui accueille déjà un immeuble de 10.200 m2 de bureaux, rejoints d'ici à 2017 par trois autres programmes mixtes avec logements pour étudiants, logements sociaux, bureaux et commerces.

" Mon objectif est que Nice devienne un haut lieu de l'innovation au service de tous, PME, start-up, grands groupes, citoyens niçois, touristes...", rappelle celui qui a aussi été ministre de l'Industrie de 2009 à 2010 dans le gouvernement Fillon II, et qui s'enorgueillit d'avoir su convaincre Cisco, EDF, IBM, GDF Suez, Orange et encore Veolia de s'installer en terre niçoise.

Le tout-tourisme, c'est fini.

Même l'aéroport de Nice-Côte d'Azur, fort de plus de 11,5 millions de passagers (soit 3% de hausse de fréquentation en un an), de ses 110 destinations et de son emplacement au coeur de la ville, devient un levier stratégique d'attractivité. Ainsi, sur les 24 nouvelles installations d'entreprises dénombrées en 2013 par l'agence de développement économique Team Côte d'Azur, sept concernent le périmètre niçois, promettant 93 emplois.

' J'ai souhaité diversifier notre économie. Il est évident que les nouvelles filières que nous développons doivent associer le tissu local. Le préalable incontournable consistait à offrir des espaces de développement aux entreprises. '

La pépinière née en 2008, et labellisée Centre européen des entreprises innovantes en 2011, a accompagné 62 jeunes entités qui ont généré 200 emplois. Il y a deux ans, c'est le centre de R&D de Schneider Electric qui s'installe à Carros, dans la zone de l'Éco-vallée. Et, d'ici à 2016, une nouvelle ZAC verra le jour sur 19.000 m2 de surface de plancher, proposant à la location des locaux d'activités pour les entreprises de l'artisanat et de la petite industrie.

Un tramway souterrain à 650 millions d'euros qui pose problème

L'idée du maire sortant est de montrer que "Nice, ville verte de la Méditerranée ", ce n'est pas une vue de l'esprit, mais une réalité, et d'égrainer les diverses expérimentations en matière d'optimisation énergétique : boulevard " connecté" grâce à 200 capteurs afin de mesurer les économies permises grâce à Internet ; programme de recherche réunissant IBM et l'Université de Nice Sophia-Antipolis, qui travaillent à faire émerger les start-up spécialisées dans la récolte de données en temps réel ; Nice Grids, projet piloté par ErDF, qui avance sur le développement d'un quartier solaire intelligent...

Une liste qui fait se gausser les candidats de l'opposition, le PS Patrick Allemand accusant le maire d'aller " piquer de l'emploi ailleurs pour le rapatrier ", quand le divers droite, ex-UMP suspendu pour dissidence, Olivier Bettati, dénonce une "coquille vide", davantage " opération de communication".

Car Nice n'échappe pas aux problématiques de toute métropole et doit faire face au manque de logements pour actifs.

"De 2008 à mi-2013, plus de 8250 logements ont été autorisés", martèle Christian Estrosi, qui promet de continuer "cette politique volontariste, tant dans la production que dans la réhabilitation et la redynamisation des quartiers dégradés".

Autre pierre d'achoppement, l'asphyxie des transports. Et si la ligne 1 du tramway, mise en circulation en 2007, désengorge une partie du centre-ville, tout comme son extension en juillet dernier, c'est le projet de la ligne 2 qui truste les débats électoraux. Reliant l'est à l'ouest de la ville, elle sera en partie souterraine et coûtera 650 millions d'euros, pour une livraison d'un premier tronçon en 2017. Une somme qui fait bondir l'opposition, toutes tendances confondues. S'ils ne remettent pas en cause le fond du projet, Patrick Allemand comme Olivier Bettati en rejettent la forme enterrée, accusant le premier magistrat de dilapider l'argent des Niçois. Christian Estrosi rétorque en rappelant l'absence d'augmentation d'impôts pour la sixième année consécutive. Un argument qui vaut toujours, d'autant plus face à la multiplication des candidatures - une dizaine -, sans parler du contexte économique général...

_____

Les dossiers niçois qui fâchent les autres candidats

PATRICK ALLEMAND (PS)

Pour le vice-président de la région, " le vrai problème, c'est l'attractivité du territoire qui est freinée par les problèmes de transports et le manque de logements pour actifs. Nice n'affiche que 11,24% de logements sociaux. La ville est loin des obligations légales. La rareté du foncier fait augmenter les prix. Les actifs se retrouvent dans des logements inadaptés par rapport à leurs ressources, ce qui met les propriétaires privés face à des situations d'impayés", estime le candidat socialiste qui dénonce également le tracé souterrain de la ligne 2 du tramway.

" Christian Estrosi n'a pas de vision à long terme, il n'y a pas de phasage dans ses projets."

OLIVIER BETTATI (DVD)

 "Il faut réorganiser la stratégie économique de la ville, et même si techniquement ce sera compliqué, sortir du projet Éco-vallée qui est à bout de souffle et n'est pas en capacité d'offrir quoi que ce soit d'exceptionnel aux entreprises ", assure celui qui claquait la porte de la majorité municipale en novembre dernier.

Et Olivier Bettati de proposer de " se tourner vers un tourisme différent plutôt que de faire de Nice une ville industrielle, puisse-t-elle être verte. Il faut arrêter d'opposer au niveau touristique Nice à Cannes et Monaco. L'axe fort, c'est la culture, or aujourd'hui la ville est, sur ce sujet, proche de zéro".

Autre sujet qui fâche, la ligne 2 du tramway et son coût.

"Il vaut mieux arrêter tout cela et consacrer ce budget à la rénovation et l'entretien de la voirie"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2014 à 13:30 :
vu les prix des apparts ,impossible a un employe de se loger ,tarif des appart a 700 € la semaine !!
a écrit le 07/02/2014 à 22:26 :
On a fait une silicone valley en France? Alors on silicone les pis des vaches dans les vallées?
a écrit le 06/02/2014 à 19:36 :
On se demande, à la lecture de cet article, si L. Bottero sait bien de quoi elle parle : Texas Instruments, Amadeus, partis ou en diminution d'effectifs. Les créations d'emploi : 200+93, c'est peanuts par rapport au chômage local, ( 2eme taux de France...juste derrière la Corse... ) qui frappe en premier les jeunes. Quant aux entreprises qui souhaiteraient venir s'implanter, il faudrait peut-être leur dire qu'en plus d'un foncier hors de prix pour loger leurs employés, ( les locaux s'exilent dans la haute vallée du Var, c'est dire ! ) le coût de la vie est celui du 8ème arrondissement de Paris. La Promenade du Paillon ? Oui, mais il était temps, les parkings dataient des années 70...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :