Volkswagen rachète 20% de Suzuki, le marché apprécie

 |   |  328  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Volkswagen a annoncé le rachat de 19,9% du capital du constructeur japonais pour 1,75 milliard d'euros. Les deux groupe vont former une alliance. L'opération est saluée par les marchés.

Volkswagen a annoncé ce mercredi matin le rachat d'une participation de 19,9% dans Suzuki Motors. Le constructeur allemand va payer 222,5 milliards de yens (1,75 milliard d'euros) pour cette prise de participation, et Suzuki investira la moitié de cette somme en action Volkswagen, ce qui fait de cet accord une véritable alliance.

Suzuki apportera notamment à Volkswagen, outre son poids au Japon, sa présence en Chine et surtout en Inde où le groupe nippon détient la moitié du constructeur Maruti, spécialiste des petites voitures à succès (qui ont d'ailleurs poussé l'indien Tata à lancer sa petite Nano).

Déjà hier, la rumeur d'un rapprochement bruissait sur les marchés. Elle annonçait également que la participation de Volkswagen pourrait atteindre à terme 33%, soit une participation de contrôle. Une information que n'a pas été commentée par l'intéressé. Hier toujours, le prix de 250 milliards de yens (1,89 milliard d'euros environ) était évoqué pour prendre 20% de Suzuki Motors. Finalement, l'accord trouvé entre les deux constructeurs s'établit sur un prix légèrement inférieur.

Ce mercredi, l'opération est saluée en Bourse. Le titre Volkswagen progresse de 0,7% à 80,58 euros pour signer une des meilleures performances du Dax30 (-0,7%), l'indice phare de la Bourse de Francfort. La valeur surperforme également le secteur en Europe puisque l'indice DJEuroStoxx pour le compartiment automobile est en baisse de 1,2%. Plus tôt, l'action Suzuki avait déjà bondi de 3,5% à la Bourse de Tokyo.

Déjà premier constructeur automobile européen, le groupe allemand qui vient de racheter sa cousine Porsche vise la première place mondiale à l'horizon 2018 et un catalogue d'une dizaine de marques. Il compte déjà Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Lamborghini, Bentley, Bugatti, Porsche et chez les poids lourds Scania et Man.

Les constructeurs japonais sont décidément très convoités. Après l'alliance Renault - Nissan, conclu il y a dix ans, c'est PSA Peugeot Citroën qui discute mariage avec Mitsubishi, celui ci ayant divorcé de l'allemand Daimler (Mercedes).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :