Atos Origin confirme ses objectifs 2011

 |  | 659 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Atos Origin a annoncé ce mercredi qu'il anticipait une hausse de sa marge et de son chiffre d'affaires en 2011 après avoir publié des résultats 2010 conformes à ses objectifs et en phase avec le consensus. Les investisseurs ont apprécié.

Le groupe de services et d'ingénierie informatiques a publié des résultats 2010 conformes à ses objectifs avec un résultat net de 116 millions d'euros. Son résultat net  est ressorti à 116 millions d'euros en hausse de 265% par rapport à 2009. Le groupe de services et d'ingénierie informatiques a également annoncé qu'il verserait un dividende de 0,50 euro au titre de 2010.

Atos, qui compte parmi ses concurrents l'américain Accenture et le français Capgemini , a réalisé sur l'ensemble de 2010 une marge opérationnelle de 6,7%, en hausse de 107 points de base, légèrement supérieure au consensus de 6,6% donné par les analystes. Le groupe a ainsi dépassé son objectif qui portait sur une amélioration d'un demi-point à un point de sa marge opérationnelle.

En clôture, le titre était à l'équilibre, progressant de 0,02 %, portant sa progression sur 2011 à 3,83 %. En 2010, le titre avait déjà grimpé 24,18 %.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 5,021 milliards d'euros, en recul de 3,5%, alors que le consensus des analystes qui ressortait à 5,023 milliards d'euros. Le groupe avait dit qu'il comptait faire mieux que le recul de 3,7% de son chiffre d'affaires enregistré en 2009. Dans le détail, l'infogérance d'infrastructures, première division en termes de ventes, a subi un recul de 5,0%, tandis que l'activité intégration de systèmes, deuxième division en importance, s'est repliée de 4,7%.

Les services transactionnels de haute technologie (HTTS) affichent en revanche une progression de 4,4%, dopés par la hausse marquée des activités paiements et services électroniques.
Les prises de commandes ont progressé de 7,0% et le ratio prises de commandes sur facturation ("book-to-bill") a atteint 111% sur l'année et 125% sur le seul quatrième trimestre, conformément aux objectifs que s'était fixés le groupe.

Atos a généré un cash flow opérationnel de 143 millions d'euros en 2010, contre 117 millions lors de l'exercice précédent, et a stabilisé son endettement net à 139 millions. Par ailleurs, le groupe a annoncé qu'il verserait un dividende de 0,50 euro au titre de 2010, marquant ainsi une évolution dans la politique du groupe qui n'avait jusqu'à présent "quasiment jamais versé de dividende", a souligné Gilles Grapinet.

La SSII a confirmé les objectifs 2011 fixés lors de l'annonce de l'opération le 15 décembre, à savoir une croissance en ligne avec celle du marché, une marge opérationnelle d'environ 6% et un cash flow légèrement supérieur à celui d' Atos seul. Le groupe a par ailleurs fourni des prévisions pour 2011 qui n'intègrent pas SIS, sa consolidation ne devant intervenir qu'à compter du second semestre sous réserve de l'aval des autorités de la concurrence et du feu vert de l'assemblée générale d' Atos .

Le groupe, qui dit constater un retour de "ses grands clients" et un meilleur environnement économique, prévoit ainsi de renouer avec une "légère" croissance organique de son chiffre d'affaires après deux exercices consécutifs de contraction.
"On a pu constater un retour de la croissance dans la plupart des zones géographiques et pour la première fois depuis deux ans au quatrième trimestre", a souligné le directeur financier Michel Alain Proch lors de la conférence téléphonique.

Le groupe de services et d'ingénierie informatiques a bon espoir d'accélérer l'intégration de SIS, la division services informatiques de l'allemand Siemens, dont le rachat a été annoncé en décembre, grâce à l'avance prise sur la mise en oeuvre du programme TOP (Total Operational Performance). La nouvelle entité devrait être opérationnelle dans la foulée du bouclage de l'opération attendu entre la fin du premier semestre et le tout début du second, a précisé Gilles Grapinet, le directeur général adjoint de la SSII.
"Tout devra avoir été mis en place dès le jour qui suivra le closing pour permettre à la future nouvelle société de fonctionner comme un groupe intégré", a-t-il expliqué lors d'une conférence téléphonique.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :