Dividendes : 2014 devrait être une année record avec 1.190 milliards de dollars versés

 |  | 233 mots
Lecture 1 min.
La hausse des dividendes devrait se poursuivre en 2015 avec une croissance estimée à 4,2%, soit 1.240 milliards de dollars de plus.
La hausse des dividendes devrait se poursuivre en 2015 avec une croissance estimée à 4,2%, soit 1.240 milliards de dollars de plus. (Crédits : Flickr/401(K) 2012)
133 milliards de dollars de dividendes supplémentaires devraient être versés en 2014 aux actionnaires par rapport à 2013, selon une étude.

Pas de crise pour les dividendes. Selon les estimations du cabinet britannique Henderson Global Investors publiées le 17 novembre dans le dernier Global Dividend Index, le versement total des dividendes devrait atteindre 1.190 milliards de dollars (950 milliards d'euros) en 2014, en hausse de 12,6% (10,6% hors exceptionnels). C'est quelque 133 milliards de dollars supplémentaires par rapport à l'an passé que 1.200 entreprises cotées verseront.

"2014 constituera un nouveau record pour les dividendes mondiaux. Le troisième trimestre a prolongé la croissance rapide des revenus [...] et nous croyons à une croissance à deux chiffres pour l'année entière", explique Alex Crook, en charge des actions internationales à fort rendement chez Henderson Global Investors.

Au troisième trimestre, les dividendes ont ainsi connu une hausse de 3,8% par rapport à la même période en 2013, représentant 288 milliards de dollars. Loin toutefois du deuxième trimestre record, au cours duquel 427 milliards de dollars de dividendes avaient été versés.

Pas de baisse en 2015

Pour l'année prochaine, le cabinet ne prévoit pas de baisse mais prévient que la progression ne sera pas aussi forte qu'en 2014. Alex Crooke commente:

"Malgré les perspectives incertaines de la croissance économique en 2015, nous nous attendons à une autre bonne année de croissance des dividendes, mais à un rythme plus lent que cette année."

Celle-ci devrait se situer autour de 4,2% selon le rapport, si la situation économique ne change pas d'ici là, soit 1.240 milliards de dollars (993 milliards d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2014 à 1:49 :
On nous explique que les entreprises n'ont plus moyen d'investir pour relancer l'activité.

Il faudrait surtout se demander si c'est ce qu'elles souhaitent !
Quand on voit que finalement elles semblent largement bénéficier de la crise, il faudrait peut-être prendre le problème à l'envers et réfléchir aux mesures à prendre pour que les bénéfices aillent de pair avec l'intérêt général.
a écrit le 21/11/2014 à 15:08 :
D'abord, ne pas confondre France et Monde. Ensuite, les sociétés françaises qui augmentent travaillent hors de France. Et, bien des sociétés paient en titres non en cash, l'argent ne sortant pas.
a écrit le 21/11/2014 à 2:46 :
Que les envieux deviennent actionnaires (prises de risques comprises) au lieu de pleurnicher sur le partage des profits des entreprises...
a écrit le 18/11/2014 à 19:25 :
Bravo Hollande ! Je le savais, qu'il parviendrait à rétablir la croissance ! Mais bon, c'est pas encore assez, faut supprimer l'ISF, réduire les charges excessives qui pèsent sur ces pauvres entreprises, améliorer leur compétitivité... Comment ? Plus personne ne peut se payer ce que les entreprises fabriquent ? C'est parce que leurs produits sont trop chers, faut encore réduire les cotisations. La Sécu ? A la poubelle ! Les cotisations chômage ? Elles ne servent qu'à fabriquer des assistés ! La retraite ? Y z'avaient qu'à travailler plus pour gagner plus ! Tiens, je crois que je vais voter pour Sarko en 2017, il a le bon profil pour finir le boulot. Vive la crise !
a écrit le 18/11/2014 à 18:21 :
Bravo le mondialisme on voit à qui qu'c'est t'y qu'ça rapporte vive la mondialisation . Ah au fait, faut revenir à la retraite à 65 pour les sans dents ainsi qu'a la semaine de 39 heures. (pour commencer) Et ça n'ira pas mieux demain.
a écrit le 18/11/2014 à 13:27 :
Je vous l'avais dit : la crise est finite. Y'a plus de chômage, tout le monde il est riche et tout va bien. Vous ne m'avez pas crue, mais la crise, elle est cuite!
a écrit le 18/11/2014 à 12:49 :
Il y a un problème de périmètre dans cet article : 950 milliards de dividende représente 50% du PIB de la France. Or, vu les commentaires, les lecteurs pensent que ces montants de dividende ne concernent que les entreprises françaises.
C'est très ennuyeux car vous excitez ainsi la jalousie et noircissez les entreprises.
Merci de précisez à vos lecteurs ce qu'est le périmètre du Global Dividend Index, à savoir les dividendes mondiaux.
Et pourquoi pas de donner la masse des dividendes versées en France ? de l'ordre de 115 milliards ?
Réponse de le 18/11/2014 à 17:10 :
"les lecteurs pensent que ces montants de dividende ne concernent que les entreprises françaises."

Elles sont en baisse du reste..
a écrit le 18/11/2014 à 12:48 :
Si nous étions dans un monde "normal" le partage du résultat du travail serait plus justement réparti. Ici +12,58% pour les actionnaires, le fameux 1% dont la fortune grossit à vue d'oeil.Si votre salaire en a fait autant félicitations.
Réponse de le 18/11/2014 à 13:28 :
Sauf que le principe du capitalisme est d'accumuler du ... capital. Donc, tout fonctionne bien. Trop bien, même...
Réponse de le 18/11/2014 à 17:04 :
"le partage du résultat du travail serait plus justement réparti"

Oui ! Partageons votre salaire ! 50% pour vous, le reste pour moi !
Réponse de le 23/11/2014 à 1:46 :
En voila une réponse intelligente...

Au fil des messages on peut se faire une idée de votre niveau mon cher Nicolas ;-)

A défaut de partager mon salaire, nous pourrions envisager de partager ces neurones qui semblent vous faire tant défaut.
a écrit le 18/11/2014 à 12:33 :
//humour noir ,// dans les grande villes manitenent il y a que des usines desafectez avec des squoiteurs emigres venue avec la le mirage d y travaillez dedans,??? PENDANT QUE LE MONDE DES FINANCES SE PARTAGENT L ARGENT SPCULATIF??? PAUVRE MONDE QUE L ON VA LAISSEZ A NOS ENFANTS???
a écrit le 18/11/2014 à 12:11 :
prélever 10% correspondant à ce que nous salariés travaillant en France on a pas touché et ce que les boites en question n'ont pas payé d'impôts en France, enfin quand je dis 10% ce serait plutôt 12 ou 13%. La moitié pour le désendettement de la France l'autre pour la baisse des impôts et des prélèvements des particuliers résidents en France sauf sur les dividendes et plus-values boursières.
Réponse de le 18/11/2014 à 17:10 :
"prélever 10% correspondant à ce que nous salariés travaillant en France on a pas touché"

Si votre employeur ne respect pas le Contrat de Travail et ne vous paye pas, vous pouvez porter plainte. Sinon, on ne comprend pas trop ce que vous racontez. Vous êtes payé pour une tâche, rien de plus, et le reste ne vous concerne en rien..
a écrit le 18/11/2014 à 12:03 :
Bonjour,
La vraie cause de la crise est là : Concentration de capital dans un petit nombre de main qui n'investissent que peu et ne consomment que peu. Cela induit un dérèglement du capitalisme qui étant sous financé ne peut plus produire ni nouveau produits, ni recherches innovantes et encore moins d’emploi qui permettrait de maintenir la consommation.
Évidemment le serpent se mord la queue car cet état de fait induit une situation ou le spéculateur est obligé de continuer à spéculer afin de créer des situations de pénuries artificielles cela pour continuer à gagner de l'argent.
A terme tout le monde est perdant car cela mène à un triptyque infernal : récession/trouble civil/régulation anti-spéculation et anti-trust sévère pour les concentrateurs de capital.
Ce triptyque permet par la suite de démanteler les entreprises trop grosses (Microsoft, Apple, HP, ENRON & Co ...), de créer de la concurrence entre les nouvelles entités créées mais surtout de diluer la concentration de capital. Chacune des nouvelles entités doit donc embaucher, lancer des nouveaux produits et trouver des stratégies et produits innovants. Parallèlement les produits dérivés sont tout simplement interdits et mis au rebut ce qui mettra toute une industrie informatique basée sur les robots informatique dans l'obligation de trouver de nouveau marché et donc d'innover, donc forcément d'investir. Enfin la spéculation étant très fortement régulée avec l'interdiction de garder des stocks au delà de délais très courts se jouant en terme de semaines et non plus en termes de mois voir d’années comme aujourd'hui, forcément les fluctuations des prix seront bien moindres permettant un véritable facteur de stabilité des prix des matières premières pour les entreprises de l'économie réelle et donc une meilleure rentabilité des producteurs de biens pour la société qui actuellement se font dépouiller au profit des spéculateurs qui font monter les prix pour les faire payer plus cher leur matière premières.
Schumpeter le disait parfaitement dans ses écrits le capitalisme conduit inévitablement à la concentration de capital qui induit que les entreprises ne sont plus gérées par des entrepreneurs mais par de simples gestionnaires aux ordres de rentiers capitalistes qui eux sont les véritables propriétaires des entreprises. Ces derniers réfléchissent en terme de rentabilité et de profits à court terme incompatible avec le besoin d'innovation intrinsèquement inscrit au patrimoine génétique du capitalisme pour sa bonne santé et un taux d'emploi élevé. Ainsi la fameuse destruction/créatrice est stoppée au profit d'une statut quo menant vers une longue descente aux enfer car il n'y a plus d'innovations donc plus de nouvelles entreprises, donc plus d'emploi mais parallèlement le taux de spéculation augmente pour palier au déficit de consommation et donc mènent à la destruction d'entreprises qui mène de nouveau à moins d'emploi et donc moins de consommation etc ... . D’où la nécessité de faire intervenir le régulateur et de mettre en place des politique anti-trust et anti-spéculative. Bien entendu la Finance internationale a fait tout ce qui était en son pouvoir au 20ème siècle pour empêcher de revenir à ce système de régulation datant des années 50-60 donc il faudra une véritable récession pour que les choses changent, avec tout le lot de souffrance que cela amènera ... . Wait & See ... . En attendant ce système d'exploitation et de gaspillage sauvage mne également à la destruction de notre environnement naturel et sans cela l'humanité ne survivra plus très longtemps (plus de poissons dans l'océan, de moins en moins de forêt primaires, des réserves qui se rétrécissent pour les animaux, le climat qui change, l'océan qui s'acidifie, de moins en moins d'arbre pour produire de l'oxygène donc acidification des organisme d’où explosion des cancers ...). C'est le grand n'importe quoi .. . Une période sombre digne du moyen age ... .
Réponse de le 18/11/2014 à 12:27 :
BONNE ANALYSE BRAVOS ???
Réponse de le 18/11/2014 à 13:42 :
Trop long, approximatif et bourré de clichés = sans intérêt...
Réponse de le 18/11/2014 à 17:07 :
" Ces derniers réfléchissent en terme de rentabilité et de profits à court terme"

Grotesque. Qui a financé Amazon, Google, FaceBook et autres star pendant des années sans toucher le moindre centime ?

Par contre l'Etat lui n'a pas la moindre idée sur la façon dont il va financer en 2015 retraite, sécu, rente des fonctionnaires..
Réponse de le 23/11/2014 à 1:43 :
Mettez les 5,5 millions de fonctionnaires a la porte, cela devrait largement améliorer la situation économique ...

Pour rappel: le salaire moyen de la fonction publique est nettement plus bas que celui du privé. De plus, malgrés une doctrine bien implantée, trouvez un exemple de secteur privatisé qui fonctionne mieux et pour moins cher et on en reparlera.

A des moments, il faudrait un peu réfléchir avant de déverser son fiel sur internet.
a écrit le 18/11/2014 à 11:51 :
plus de chomage pour les uns plus d'argent pour les autres
a écrit le 18/11/2014 à 11:35 :
Tant mieux pour les fonds de pension et les retraités anglo-saxons. Cela va soutenir la consommation mondiale.
Réponse de le 18/11/2014 à 12:10 :
Fadaises. Les retraités consomment beaucoup moins que les actifs riches. Ils ne consomment que des services tertiaires, et en plus en quoi les anglo-saxons aident le PIB en France. Le tourisme des retraités?
Réponse de le 18/11/2014 à 17:12 :
C'est là que le gaucho commence à se mordre les doigts d'avoir "lutter contre les fonds de pension" en 97...
a écrit le 18/11/2014 à 11:18 :
Demandons à Mr Gattaz ce qu'il en pense
a écrit le 18/11/2014 à 10:21 :
Comment peut on nous expliquer que les entreprises ont du mal dans une mondialisation nécessitant une baisse du coup du travail et avoir des dividendes en hausses.
Cela frôle l’indécence.
Réponse de le 18/11/2014 à 17:13 :
Réponse : les entreprises ne vous doivent RIEN.
Si vous avez des états d'âmes, gardez les pour vous.
Réponse de le 23/11/2014 à 1:26 :
T'occupe pas: bosse et ne réfléchi pas ...
Mais en temps que citoyen, n'est-ce pas notre rôle de réfléchir et de choisir ce que l'on souhaite ou ne souhaite pas ?
Réponse de le 23/11/2014 à 1:26 :
T'occupe pas: bosse et ne réfléchi pas ...
Mais en temps que citoyen, n'est-ce pas notre rôle de réfléchir et de choisir ce que l'on souhaite ou ne souhaite pas ?
Réponse de le 23/11/2014 à 1:30 :
Si l'on y réfléchi bien, les entreprises utilisent des ressources humaines pour créer une valeur ajoutée qu'elles nous revendent, non ?
Donc les entreprises nous doivent TOUT car sans employé, pas de valeur ajoutée et sans client, pas d'entreprise...
Votre réflexion semble un peu limitée sur le sujet.
Réponse de le 31/12/2014 à 15:11 :
@Nicolas : Les entreprises ne profitent-elles pas des infrastructures du pays payées par les contribuables ? Ne profitent-elles pas de subventions payées par les contribuables ? Ne profitent-elles pas de niches fiscales payées par les contribuables ? Ne profitent-elles pas de la formation et du système éducatif pour embaucher des salariés compétents ? Les entreprises ne profitent-elles pas des relations diplomatiques pour signer des contrats juteux ? Les entreprises ne profitent-elles pas trop de nous ? Les entreprises doivent beaucoup à la collectivité et aux contribuables pour leur permettre d'exister, il honteux et malhonnête qu'elles agissent de la sorte comme le chantage à l'emploi, partage indécent des bénéfices, délocalisation de sites rentables etc... Et pour la énième fois les actionnaires ne financent pas les entreprises lorsqu'ils achètent des actions déjà émises, ils jouent au casino dans le seul but de faire du profit sur le dos des autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :