Correction, algorithmes, fonds indiciels... Décryptage des récentes secousses des marchés

 |  | 724 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : ANDREW KELLY)
En moins de trois semaines, les principaux indices boursiers américains et européens ont perdu plus de 20% sur fond de stress lié au coronavirus. Décryptage des mécanismes à l'oeuvre derrière cette déflagration brutale.

Panique excessive? Ou correction inévitable?

Il ne faut pas perdre de vue que la baisse intervient après un bond de plus de 25% sur les indices boursiers l'an dernier. Mais aussi après un cycle de dix ans de croissance ininterrompue de l'économie américaine. Les marchés actions sont tombés d'autant plus bas que les investisseurs, confiants dans un soutien pérenne des banques centrales, avaient enfilé leurs lunettes roses depuis l'accord commercial sino-américain signé mi-janvier.

En termes d'ampleur et de rapidité, la récente tempête boursière a de sombres airs de réminiscence des crises de la dette de 2011 en zone euro et des subprimes de 2008. Mais pour nombre d'experts, la correction semble assez cohérente étant donné que les anticipations de croissance des bénéfices des entreprises ont fortement diminué.

Quel est le rôle des algorithmes dans les mouvements extrêmes?

La majorité des transactions sont effectuées par des algorithmes, des formules mathématiques qui déclenchent des ordres de bourse avec souvent d'énormes volumes à la clé.

Les mouvements très prononcés ont été "sans doute accélérés par les tradings automatiques", observe Eric Bertrand, directeur adjoint des investissements chez OFI AM.

"L'automatisation de beaucoup d'ordres et de certains fonds crée des mouvements de marché extrêmement violents et cela peut aller dans les deux sens", explique aussi Alexandre Baradez, analyste à IG France.

"On est en train de franchir une frontière qui commence à être délicate où les algorithmes représentent plus de 50% du volume du marché", estime Eric Vanraes, gérant obligataire de la banque suisse Eric Sturdza. "Certains mouvements abrupts sont difficilement explicables par autre chose que le déclenchement d'un ordre automatique par un ordinateur". Par exemple, "les algorithmes ont précipité la chute de l'or" la dernière séance de février.

Or, "un ordinateur n'a pas la trouille" lorsqu'il franchit froidement des paliers les uns à la suite des autres. Selon lui, les marchés financiers doivent garder un comportement humain, avec une composante psychologique et émotionnelle puisqu'ils représentent "une activité humaine, avec des sentiments d'euphorie, de panique etc...". Car, "derrière les actions, il y a des entreprises dirigées par des êtres humains, comme dans les banques centrales et les gouvernements".

Les ETF, fonds indiciels cotés en Bourse, sont-ils à incriminer?

Il est réducteur d'accuser uniquement les ETF, ces instruments répliquant la performance d'un panier de titres. Négociés à tout moment comme une action, ils facilitent une gestion transparente de portefeuilles à moindre coût en apportant une liquidité quotidienne. Ces instruments sont très utilisés en période de volatilité pour couper des positions ou rentrer dans un marché.

La dernière semaine de février, les volumes d'échanges ont certes été gigantesques, avec "un record de 1.400 milliards de dollars d'échangés sur les ETF dans le monde", selon Olivier Paquier, directeur Europe et Amérique latine de la distribution ETF chez JP Morgan AM. "Mais on a tendance à sur-représenter les ETF, car en fait le volume d'échanges a représenté 3,3% sur l'ensemble des volumes traités sur le marché américain", nuance-t-il.

Le plus gros ETF du monde a traité 128 milliards de dollars en une seule journée et sur un seul ETF investi en titres de dette à haut rendement (high yield) "on a eu 3,9 mds USD de sorties, le plus fort retrait en une semaine jamais enregistré dans l'histoire de l'ETF", note Jean-Jacques Ohana, directeur général chargé de la gestion chez Homa Capital. "Les ETF ont peut-être participé par la liquidité qu'ils offrent" à l'amplification des mouvements, selon lui.

"A chaque fois qu'on a une baisse extrême, il faut la mettre en parallèle avec une hausse extrême, signe d'une bulle entretenue par les autorités monétaires dans le monde mais aussi par ces produits qui fournissent une illusion de liquidité mais qui ne le sont plus en cas de crise", explique-t-il.

Car le problème surgit quand les investisseurs veulent rappeler tous en même temps leurs investissements de manière précipitée: "dans un théâtre, l'entrée est fluide car tout le monde n'entre pas en même temps mais au moment de la sortie, il y a embouteillage".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2020 à 1:18 :
Les deux mon Général !!
La pandémie qui sévit déjà depuis plus de 3 mois et a démarré ds le pays le plus peuplé de la planète et s'est quasiment propagée ds tte l'Asie et le Moyen Orient, régions bien peuplées également, a jusqu'à présent occasionné bien moins de décès qu'une épidémie de grippe sévère de qcqs semaines sous nos latitudes.
Si de plus, on compare ss vouloir porter de jugement de valeur, les niveaux environnementaux et sanitaires de l'Inde ou de La Chine plus propices à la contamination que ceux de l'Europe, on peut raisonnablement penser que la peur a été entretenue par des annonces alarmistes mondialement médiatisées et relayées ds ttes les langues et sans retenue.
Cette peur, conjuguée à des moyens considérables et étendus pour lutter contre la contamination ( quarantaine généralisée, confinement, fermeture d'ets publics et privés, restrictions drastiques des déplacements et des rassemblements ) entrainant une chute d'activité économique et une forte incertitude sur le futur, a servi de détonateur pour déclencher chez les spécialistes financiers ( les spéculateurs), soit des prises de bénéfice importantes sur les belles valeurs responsables du haut niveau des indices , soit de fortes anticipations à la baisse pour les valeurs jugées surcôtés ou à risque.
Les robots informatiques sur les ordre de vente vont forcément amplifier les fluctuations sur les indices par afflue des valeurs mises simultanément sur le marché, car ils suivent les mêmes algorithmes décisionnels et n'ont pas d'état d'âme perturbateur eux, qui seraient susceptible d'influencer leur décision.
a écrit le 11/03/2020 à 19:04 :
"On est en train de franchir une frontière qui commence à être délicate où les algorithmes représentent plus de 50% du volume du marché"

Merci beaucoup pour ces explications, donc on peut penser que les premiers responsables sont les algorithmes dont on se demande bien ce qu'ils font là quand même non ?

""dans un théâtre, l'entrée est fluide car tout le monde n'entre pas en même temps mais au moment de la sortie, il y a embouteillage""

Et même si les spéculateurs au final ont le même comportement.
a écrit le 11/03/2020 à 18:32 :
y a pas de formule mathematique ni de reseau recurrent ou autre methode ai, pas plus qu'il n'y a d'econometrie ( y en a sur les derives sur les modeles d'ordre 2)
y a par contre des ordres automatiques, qui n'ont rien de mathematique
ca fait pas mal de temps qu'il n'y a plus d'investisseur, juste du trading auto
et pour l'instant ca va pas remoneter car y a personne en face
par contre si ( qund) ca remonte, ca risque d'etre a peu pres aussi violent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :