La Bourse de Londres chute, celle de Paris fait grise mine

 |  | 631 mots
Lecture 4 min.
Photo d'illustration. Airbus reculait de 0,82% à 90,50 euros. Le secteur aéronautique faisant partie des secteurs concernés pas les nouvelles taxes prévues par l'administration Trump, avec certains vins non pétillants et alcools.
Photo d'illustration. Airbus reculait de 0,82% à 90,50 euros. Le secteur aéronautique faisant partie des secteurs concernés pas les nouvelles taxes prévues par l'administration Trump, avec certains vins non pétillants et alcools. (Crédits : Lucas Jackson)
La Bourse de Londres retombait lourdement jeudi à l'ouverture de la dernière séance de l'année, la hausse de la livre pesant notamment sur les multinationales. La Bourse de Paris quant à elle perdait 0,61% peu après l'ouverture jeudi, pour une séance raccourcie en raison des célébrations de la Saint-Sylvestre et au terme d'une année de montagnes russes marquée par la pandémie de Covid-19.

À la Bourse de Londres, l'indice FTSE-100 des principales valeurs chutait de 1,48% à 6.459,10 points vers 08H50 GMT ce jeudi.

"Les volumes d'échanges ont baissé de manière importante car les courtiers sont en vacances", remarque Naem Aslam, analyste d'Ava Trade.

La livre était en forte hausse jeudi face à un dollar affaibli par le regain d'appétit pour le risque sur les marchés. Elle prenait 0,32% à 1,3663 dollar tandis que l'euro gagnait 0,30% à 0,9001 livre.

Les traders montraient aussi une certaine prudence avant l'entrée en vigueur effective du Brexit à 23H00 GMT après la période de transition d'un an.

Lire aussi : "The deal is done" : le Brexit devient réalité

Si un vaste accord de libre-échange signé à la veille de Noël évitera une rupture trop abrupte, la libre circulation permettant aux marchandises comme aux personnes de passer sans entrave la frontière prendra fin. Elle devrait entraîner des frictions dans l'importation et l'exportation de biens, ainsi qu'une hausse des coûts pour les entreprises qui pourrait se répercuter sur les prix à la consommation.

Lire aussi : Brexit : ce qui change pour les passagers et le trafic transmanche

Paris fait grise mine

Du côté de Paris, l'indice CAC 40 reculait de 34,21 points à 5.565,20 points vers 09H30 (08H30 GMT) au lendemain d'une baisse de 0,22%.

Les investisseurs profitent des fêtes pour expédier les affaires courantes dans des volumes d'affaires très limités, ont relevé les intervenants de marché encore présents.

À ce contexte s'ajoutent deux mauvaises nouvelles: le ralentissement de l'activité manufacturière en Chine en décembre, et l'annonce par l'administration Trump de droits de douane supplémentaires sur des produits européens, trois semaines avant la transition présidentielle.

Selon Washington, l'Union européenne a prélevé trop de taxes sur des produits américains dans le cadre du litige entre Boeing et l'avionneur européen.

Sauf surprise, l'indice parisien devrait afficher sur l'ensemble de l'année un recul de 6,5% à 7%. Une chute bien pire avait été anticipée en première partie d'année, quand l'éclatement de la pandémie avait envoyé les Bourses mondiales au tapis. Depuis, la découverte de vaccins efficaces contre le Covid-19 a donné un coup de fouet aux indices sur la planète.

Lire aussi : Cinq choses à savoir sur le très attendu vaccin AstraZeneca/Oxford

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor français à dix ans s'apprêtait à finir l'année autour de -0,34%, signifiant que les investisseurs payent pour détenir la dette française. Il s'agit d'un niveau historiquement bas lié aux achats de dette publique massifs de la Banque centrale européenne pour lutter contre la crise.

  • Airbus souffre des taxes américaines

L'avionneur reculait de 0,82% à 90,50 euros. Le secteur aéronautique faisant partie des secteurs concernés pas les nouvelles taxes prévues par l'administration Trump, avec certains vins non pétillants et alcools.

  • Tiffany dit "oui" à LVMH

Les actionnaires du joaillier américain Tiffany ont approuvé mercredi la fusion avec le géant du luxe (-0,06% à 512,80 euros), après une période de fiançailles marquée par des coups d'éclat. C'était la dernière étape avant la finalisation du mariage, prévue le 7 janvier, a annoncé jeudi LVMH.

  • Axa cède son activité d'assurance en Grèce

L'assureur (-0,72% à 19,53 euros) a annoncé jeudi avoir conclu un accord avec son homologue italien Generali afin de lui céder ses activités d'assurance en Grèce pour un montant de 165 millions d'euros.

  • EuropaCorp veut prolonger son plan de sauvegarde

La société de production et de distribution de films et séries (+4,32% à 0,85 euros) a annoncé mercredi avoir sollicité une prolongation de deux ans de son plan de sauvegarde en raison du report de plusieurs projets de films dû à l'épidémie de Covid-19.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2020 à 10:25 :
" la hausse de la livre pesant notamment sur les multinationales"

Il se passe quelque chose de sérieux avec les monnaies non en ce moment ? Le bitcoin qui devient à la fois une valeur refuge et de gains, la livre qui grimpe tandis que l'on nous affirme que les anglais sont au fond du seau soit dit en passant mais bon je vais finir par ne plus mentionner toutes ces foutaises européistes, l'argent ne serait il pas en train de parier sur les puissances futurs souveraines ?

Bon ensuite la dernière euphorie boursière était incompréhensible au vu de l'économie réelle, cette baisse n'est de ce fait pas vraiment explicite hein. Ca sert à rien de demander une direction précise à une girouette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :