Les marchés européens repartent dans le vert, deux jours après le Brexit

 |   |  375  mots
À 16h48, le CAC 40 prenait 2,71% à 4092,60 points, après être passé dans la journée de lundi sous le seuil symbolique des 4.000 points. Outre-Rhin, le DAX allemand décolait de 2,37%, à 9.488,78 points, tandis qu'à Londres le FTSE 100 prenait 2,88% (6.154.41 points).
À 16h48, le CAC 40 prenait 2,71% à 4092,60 points, après être passé dans la journée de lundi sous le seuil symbolique des 4.000 points. Outre-Rhin, le DAX allemand décolait de 2,37%, à 9.488,78 points, tandis qu'à Londres le FTSE 100 prenait 2,88% (6.154.41 points). (Crédits : REUTERS/Staff/Remote)
Les investisseurs ont profité de la forte baisse des valeurs malmenées après les résultats du référendum sur le Brexit pour faire des bonnes affaires, notamment dans le secteur financier et bancaire.

La panique est-elle derrière les marchés ? Après avoir vécu deux séances pour le moins difficiles à la suite des résultats du référendum sur le Brexit, les Bourses européennes ont retrouvé des couleurs, même si ce rebond reste pour le moins précaire, les discussions européennes sur le départ du Royaume-Uni de l'UE n'étant qu'à leurs balbutiements.

À 16h48, le CAC 40 prenait 2,71% à 4092,60 points, après être passé dans la journée de lundi sous le seuil symbolique des 4.000 points. Outre-Rhin, le DAX allemand décolait de 2,37%, à 9.488,78 points, tandis qu'à Londres le FTSE 100 prenait 2,88% (6.154.41 points).

"Hier, la pression vendeuse, d'abord concentrée sur les valeurs les plus directement exposées au Royaume-Uni, s'est propagée à l'ensemble de la cote", mais aujourd'hui "techniquement les soldes ont commencé et il y a des bonnes affaires sur les plus belles valeurs", ont noté les gérants chez Barclays Bourse.

"Les chasseurs de bonnes affaires aident, davantage qu'une réelle envie de s'investir, alors que les marchés s'adaptent à la nouvelle normalité d'un départ britannique de l'UE", a appuyé Mike van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Ainsi à Londres, Lloyds banking Group reprenait 7,08% à 54,77 pence, Barclays 3,50% à 131,65 pence et Royal Bank of Scotland (RBS) 2,35% à 178,40 pence. Tandis qu'à Paris, le secteur financier, qui a été laminé ces deux derniers jours, soutenait la cote à l'image d'Axa (+5,58% à 17,32 euros), Crédit Agricole (+5,64% à 7,60 euros), BNP Paribas (+5,20% à 38,83 euros) et Société Générale (+3,60% à 27,34 euros). Groupe Eurotunnel, très chahuté, regagnait aussi du terrain (+9,28% à 9,07 euros).

     | Lire Eurotunnel surveillera les migrants grâce à des drônes

La Bourse de New-York en profite également

À l'ouverture de Wall Street, l'indice Dow Jones gagne 139,33 points, soit 0,81%, à 17.279,57 après cinq minutes de cotations. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,91% à 2.018,78 et le Nasdaq Composite prend 1,17% à 4.648,31.

Ces trois grands indices ont enregistré vendredi et lundi leur plus forte baisse en deux séances depuis août 2015, avec notamment un repli de l'ordre de 5,3% pour le S&P-500. Comme en Europe, les valeurs les plus malmenées depuis vendredi sont parmi les plus dynamiques ce mardi à Wall Street. C'est en particulier le cas des bancaires (+1,25%)avec des hausses comprises entre 2% et 2,7% pour JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup .

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2016 à 10:24 :
L'évaporation des 2000 Mds de $ des places boursières équilibrera les multiples créations monétaires. C'est une bonne chose pour l'économie réelle.
a écrit le 28/06/2016 à 21:05 :
Une hausse ? Ce ne peut être qu'une basse manoeuvre des populistes qui refusent de s'avouer vaincus et invoquent scandaleusement la démocratie contre la nouvelle vraie religion : l'Union Européenne !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :