Solvay plus forte hausse de la Bourse belge et du CAC 40

 |   |  552  mots
Le site de Chalampé, en Alsace, à 20 km de Mulhouse, est une usine chimique du groupe Solvay. Classée Seveso, cette usine, spécialisée dans la fabrication du nylon 6.6 et des intermédiaires polyamides, est un des plus grand sites du groupe; elle fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. (Photo prise en février 2016).
Le site de Chalampé, en Alsace, à 20 km de Mulhouse, est une usine chimique du groupe Solvay. Classée Seveso, cette usine, "spécialisée dans la fabrication du nylon 6.6 et des intermédiaires polyamides", est un des plus grand sites du groupe; elle fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. (Photo prise en février 2016). (Crédits : Reuters)
Le groupe chimique belge, fabricant de plastiques à hautes performances, fait un tabac sur les places boursières belge et française depuis qu'il a annoncé ses résultats trimestriels.

Le groupe chimique belge, coté à la fois en France et en Belgique, a signé ce mercredi matin la plus forte hausse du Bel20 l'indice belge tandis que, à Paris, l'AFP signale qu'il prenait la tête du SBF120 (+2,76% à 120,90 euros).

En outre, Solvay, seul groupe belge présent dans le CAC40, s'emparait de la plus haute marche du podium de la Bourse de Paris, rapporte Reuters : à 08h27 GMT, le titre gagnait 2,46% à 120,55 euros signant un plus-haut de neuf mois, dans des volumes représentant environ 70% de sa moyenne quotidienne sur les trois derniers mois.

Bond de 33% du bénéfice net, et chiffre d'affaires tout près des 3 milliards

La raison de cette envolée boursière ? Des résultats trimestriels annoncés ce mercredi 3 mai supérieurs aux attentes. Au premier trimestre 2017, son bénéfice d'exploitation a ainsi crû de 12% à 616 millions d'euros, et son bénéfice net (sur une base sous-jacente) a bondi de 33% à 256 millions d'euros "grâce à l'amélioration des résultats et la baisse des charges financières". Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 9,7% à 2,968 milliards d'euros, "porté par une progression de 7,5% des volumes et des effets de change positifs".

Le groupe chimique belge s'est déclaré confiant dans le fait "d'atteindre ou dépasser" ses objectifs pour 2017, se félicitant d'un "très bon début d'année" qu'il explique notamment par "l'amélioration des conditions de marché".

Pour mémoire, le 24 février dernier, Solvay avait indiqué que, sur l'ensemble de l'année, il tablait sur une hausse entre 4% et 6% de son bénéfice d'exploitation.

Virage stratégique confirmé vers l'automobile et l'aéronautique

Solvay a engagé à l'été 2015 un virage stratégique : délaissant des activités comme le PVC, jugées moins prometteuses, le groupe cherche à se développer dans les composants innovants à destination de l'aéronautique et de l'automobile notamment.

A titre d'exemple, citons les solutions à base de polymères ou de thermoplastiques pour fabriquer des pièces plus légères que celles en métal qui contribuent à alléger les véhicules comme les avions et donc à réduire les consommations de carburant mais aussi à augmenter la charge utile. Autre exemple, les silices "hautement dispersibles" qui permettent aux fabricants de pneumatiques de réduire la résistance au roulement, et donc là aussi la consommation.

Un patron qui prend publiquement position contre le Front National

Questionné sur les incertitudes politiques dans l'UE du fait des élections en France mais aussi du Brexit ou aux Etats-Unis avec l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, le directeur financier de Solvay, le Britannique Karim Hajjar, a estimé que son groupe était bien armé pour y faire face du fait de "son portefeuille diversifié et de ses positions géographiques équilibrées en Europe, en Asie et aux USA".

Prospérité européenne, défis mondiaux, solidarité... mardi 2 mai, le patron de Solvay, le Français Jean-Pierre Clamadieu, fait partie de ces dirigeants d'entreprises qui, fait rarissime, se sont exprimés dans la presse quotidienne française, en l'occurrence Les Echos, contre une possible entrée de Marine Le Pen à L'Elysée.

Ce vote "menace lourdement l'avenir en s'attaquant directement à près de soixante ans d'histoire commune autour de la construction européenne", avait déclaré le patron de l'entreprise fondée en 1863.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :